ASSE – Mercato : un ancien cadre de Puel revient sur son départ, il ne pouvait plus travailler chez les Verts
Julien CordonnierCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
EXPLICATIONS

ASSE – Mercato : un ancien cadre de Puel revient sur son départ, il ne pouvait plus travailler chez les Verts

Julien Cordonnier explique les raisons qui l'ont poussé à quitter l'ASSE, où il était responsable du recrutement, pour Châteauroux, descendu de L2 en National...

Zapping But! Football Club ASSE : les 10 plus grosses ventes de l'histoire

Ancien responsable de la cellule de recrutement des Verts, Julien Cordonnier, parti à Châteauroux il y a quelques mois, s'est exprimé dans l'émission 100% Foot. « J'ai eu la chance d'être sollicité par Saint-Etienne après cinq ans à Orléans, a-t-il expliqué. David Wantier et Dominique Rocheteau sont venus me chercher à l'époque. C'est eux qui m'ont fait venir au club. Je suis arrivé sur la pointe des pieds et avec le temps mes responsabilités se sont agrandies. Puis avec l'arrivée de Claude Puel, j'ai continué à avoir de plus en plus de responsabilités. C'est venu naturellement avec le travail que j'ai effectué. »

« J'avais beaucoup de frustration »

Et à lui de poursuivre, sur son départ... « J'ai senti qu'à Saint-Etienne c'était difficile pour nous au niveau du recrutement parce que le club était dans une situation économique difficile. Je pars du principe que lorsqu'on travaille dans le recrutement, il faut être en capacité de finaliser des dossiers car c'est le but de notre métier. Là, j'avais le sentiment que ça devenait compliqué, que le club était dans une situation complexe. J'avais beaucoup de frustration. »

Cordonnier explique son départ

Julien Cordonnier revient sur les raisons qui l'avaient incité à quitter la cellule de recrutement de l'ASSE l'an dernier pour rejoindre Châteauroux. Avec les soucis financiers des Verts, l'ancien défenseur considérait qu'il n'était plus en mesure d'accomplir ses missions. Et donc qu'il avait fait son temps dans le Forez.

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS