ASSE – L'oeil de Denis Balbir : « Avec Ignacio Ramirez, on est dans l'interrogation »
Ignacio RamirezCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

ASSE – L'oeil de Denis Balbir : « Avec Ignacio Ramirez, on est dans l'interrogation »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité des Verts. Cette semaine, nous avons disserté du cas Ignacio Ramirez à l'ASSE.

Zapping But! Football Club Ligue 1 : top 10 du bilan financier des clubs

« Seule recrue de l'été à l'ASSE, Ignacio Ramirez connait des débuts compliqués dans le Forez. L'Uruguayen a peu joué et n'est même pas rentré en jeu lors du derby. Attendu dimanche contre Ain Sud en National 3, l'attaquant n'était finalement pas sur la feuille de match. Quand un joueur vous renforce comme ça à la dernière seconde du Mercato, on espère toujours qu'il s'agit de la bonne pioche. Même si ce n'est pas fini, après un mois de prêt, c'est déjà très difficile pour lui.

A son arrivée, je m'étais fait une réflexion. Je l'avais trouvé physiquement un peu enrobé. A Montevideo, les statistiques plaidaient en sa faveur donc pourquoi pas ? Maintenant il faut aussi croire que la délocalisation n'est pas facile à digérer. On ne passe pas facilement d'un continent à un autre sans aucune adaptation. Forcément, c'est difficile. Malgré tout, son faible temps de jeu me semble illogique : soit on prend quelqu'un pour apporter quelque chose rapidement, soit on ne fait venir personne.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'AS SAINT-ETIENNE

« Les bonnes pioches Alex – Aloisio, c'était une autre époque »

Aujourd'hui, quand on pense à Ignacio Ramirez, on est dans l'interrogation. C'est compliqué de mettre un joueur en confiance sans l'aligner. S'il n'est pas aligné, c'est qu'il y a de bonnes raisons. S'il y a de bonnes raisons, c'est que les retours sont négatifs à son sujet. Dans ce cas-là, pourquoi l'avoir pris ? Pourquoi Ignacio Ramirez est à Saint-Etienne ?

C'est toujours un grand danger de prendre quelqu'un dans des dernières secondes du Mercato. Surtout sans l'avoir supervisé. Oui dans le passé, il y a eu les bonnes pioches Alex – Aloisio qui avaient été découverts sur vidéo sans avoir été vu par 20 scouts différents. Sans faire injure aux recruteurs actuels, les Soler – Bompard étaient des gens qui connaissaient le foot et c'était une autre époque.

Sur le dossier de l'attaquant, il y a surtout eu un vrai manque d'anticipation. On sait très bien que Saint-Etienne recherche un « 9 » depuis des mois, que Charles Abi – qui a été prêté à Guingamp – et Jean-Philippe Krasso étaient trop limités pour jouer régulièrement et inscrire une quinzaine de buts par saison. L'excuse des finances, je peux l'entendre mais qu'on ne vienne pas me dire aujourd'hui qu'en réfléchissant en amont il n'était pas possible de se faire prêter un attaquant qui connaisse la Ligue 1. Aujourd'hui, les chiffres sont là. Saint-Etienne n'a plus d'attaquant de valeur depuis de longs mois. On peut remonter plus loin et se dire : pourquoi avoir laissé partir un Robert Beric, même sur une jambe, pour aller prendre un Ignacio Ramirez et finalement se retrouver sans personne ?

« Quand on veut être aidé en L1, on ne recrute pas en Uruguay sur la seule base de logiciels »

Je ne suis pas de ceux qui diront qu'Ignacio Ramirez n'est pas bon et qu'on pouvait le deviner aux vues de son parcours ou parce qu'aucun autre grand club ne lui avait donné sa chance jusqu'à présent. Ce n'est pas une question de Ramirez ou de choix du profil, c'est une question de timing et d'anticipation. L'ASSE navigue à vue depuis des mois. Il y a eu M'Baye Niang pour qui un coup c'était oui, le lendemain c'était non. Le flou artistique qui règne dans cette maison verte concernant l'attaquant est quand même assez confondant !

Je n'ai rien contre Ramirez mais je ne pense pas que, quand on veut être aidé en Ligue 1, on recrute un joueur en Uruguay sur la seule base de logiciels de datas. A la limite, j'aurais préféré que Saint-Etienne se positionne sur un joueur comme Gaëtan Charbonnier, qui a quitté Brest pour signer à Auxerre en Ligue 2. Un gars qui connait le foot français comme à l'époque de Nicolas Fauvergue, Nicolas Goussé... Parfois, mieux vaut miser sur des valeurs sûres à 20 buts en Ligue 2 mais qui pouvaient quand même servir et faire leurs matchs sérieusement dans l'élite. Ignacio Ramirez, c'était un énorme pari et pour l'instant, il paraît surtout trop risqué voir raté. Maintenant il reste encore pas mal de matchs et Ramirez peut toujours nous faire mentir... »

La chronique ASSE de Denis Balbir

Cette semaine, Denis Balbir évoque l'énigme autour de l'unique recrue de l'ASSE l'été dernier : l'uruguayen Ignacio Ramirez, peu utilisé par Claude Puel depuis son arrivée et qui ouvre sur une vraie question concernant le recrutement des Verts.