ASSE – L'oeil de Denis Balbir : « Ce serait dommage de se passer de Puel dans un nouveau projet »
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

ASSE – L'oeil de Denis Balbir : « Ce serait dommage de se passer de Puel dans un nouveau projet »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité des Verts. Notre consultant disserte des projets de reprise et de l'avenir de Claude Puel. Il tire un bilan plutôt positif de l'oeuvre du manager de l'ASSE.

Zapping But! Football Club Top 10 : les footballeurs les plus suivis sur les réseaux sociaux

« D'après certaines sources, les projets de reprise de l'ASSE avancent et il se murmure de plus en plus que certains repreneurs potentiels souhaitent se séparer de Claude Puel dès leur arrivée dans le Forez. Je me dis que ce serait vraiment dommage. On peut tout dire du bilan de Claude Puel depuis un an et demi mais le Manager des Verts est porteur d'un vrai projet. Encore une fois, ce serait changer radicalement de cap. Pour avoir des résultats, les clubs ont besoin de stabilité. Si on regarde le travail de Claude Puel depuis un an et demi, il y a plus de positif que de négatif.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'AS SAINT-ETIENNE

« Je ne vois pas beaucoup de fausses notes avec Puel »

Que son idée de départ soit bonne ou mauvaise, il s'y est tenu. Il n'a jamais dérogé à son projet même si parfois cela a pu passer pour de l'entêtement. Certains disent qu'il a changé de cap en cours de route avec les Khazri, etc. Je ne suis pas de cet avis. Pour prendre le cas de Khazri, je pense que Claude Puel est suffisamment intelligent dans sa gestion pour savoir quand le Tunisien était en condition d'aider l'équipe et quand il ne l'était plus. On ne se passe pas volontairement d'un joueur à 300 matchs de L1 sans avoir de bonnes raisons.

Même s'il a parfois été dur avec certains cadres, je ne vois pas beaucoup de fausses notes en 20 mois chez les Verts. Stéphane Ruffier ? C'était compliqué de faire autre chose avec un joueur qui s'est mis à l'amende en se pensant intouchable. La mise à l'écart de Timothée Kolodziejczak ? Elle était logique dans le sens où il n'avait pas répondu très présent. Pour moi, le seul réel bémol, c'est la gestion des fins de contrat. Au moins pour Romain Hamouma dont le cas est encore en suspend alors qu'à mes yeux il devrait être prioritaire. Mais sinon il a eu souvent juste.

Il ne faut pas oublier que Claude Puel n'a pas non plus eu beaucoup de chances. Il a récupéré une équipe des problèmes financiers, contrainte de vendre ses promesses William Saliba puis Wesley Fofana. Il n'a pas non plus été épargné par les blessures importantes comme celle de Yvann Maçon. Il a dû composer avec de nombreux cas de Covid. Malgré tout, l'ASSE est allée chercher un maintien tranquille. Des jeunes comme Gourna et Green se sont révélés. Il a fait venir des Aouchiche à Saint-Etienne, fait prolonger beaucoup de jeunes joueurs du centre de formation et les développe. Il a aussi fait quelques bonnes trouvailles comme Yvan Neyou, présenté par certains comme une «magouille familiale » et un cadeau de Puel à son gendre... La balance me paraît bien plus positive que négative. Saint-Etienne est en train de bâtir une ossature nouvelle avec des jeunes.

« Une personnalité clivante et une image de dictateur »

Malgré tout, Claude Puel demeure une personnalité clivante. Y compris au niveau local où il y a les « anti » et les « pro » Puel. Sans doute qu'il est trop rigide. Il n'a pas la bonhomie d'un Jean-Louis Gasset. Il n'est pas homme à rigoler et à taper dans le dos à tout le monde. Peut-être que son attitude passe mal dans un pays comme la France et que certains le voient comme un dictateur. Mais on ne fait pas une carrière internationale en passant par l'Angleterre sans un minimum de qualités. Pour le connaître, je peux vous dire que c'est pourtant quelqu'un qui sait rigoler mais qui, à côté de ça, est un grand compétiteur. Pour moi, Claude Puel – qui est quelqu'un de droit - a juste appliqué ce qu'il voulait faire avec les moyens du bord.

Comme vous l'aurez compris, je ne suis pas partisan de changer pour changer. Avoir un repreneur qui a beaucoup d'argent, c'est bien. Maintenant si c'est pour venir avec des mauvaises idées, tout chambouler et avoir des résultats moyens... Quand on me parle de la vente de l'ASSE, j'aime prendre les exemples de Bordeaux et de Marseille. L'OM se cherche, les Girondins coulent. Ces deux exemples ne sont pas forcément des locomotives. A vrai dire, je suis davantage inquiet que réjoui face à ce qui peut se passer à Saint-Etienne. »

Balbir dresse le bilan de Puel en vert

Dans sa chronique hebdomadaire pour But ! Saint-Etienne, Denis Balbir est revenu sur le bilan de Claude Puel à l'ASSE. Notre consultant comprendrait difficilement qu'un repreneur se passe d'un technicien en pleine mise en place d'un projet basé sur la jeunesse.