Mathieu Cafaro et Jean-Philippe Krasso, deux des héros du match d'Annecy
Mathieu Cafaro et Jean-Philippe Krasso, deux des héros du match d'AnnecyCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

ASSE - L'oeil de Denis Balbir : « Une victoire champagne face à Annecy »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité des Verts. Retour sur le beau succès de l'ASSE samedi contre Annecy (3-2). Un match libérateur pour Laurent Batlles.

Zapping But! Football Club Ligue 1 : top 10 des meilleurs vendeurs de la décennie

« Samedi, l'ASSE s'est offerte une victoire « champagne » face à Annecy (3-2) à Geoffroy-Guichard. Après le match de Sochaux, je parlais de la défaite du coach du fait de ses changements difficiles à comprendre. Là, c'est la victoire de Laurent Batlles, qui était sous pression avant ce match et qui a parfaitement su aborder ce match. Cette fois-ci, il a mis les joueurs face à leur responsabilité, sans causerie d'avant-match, et ça a marché. L'équipe s'est arrachée, a mouillé le maillot et a retrouvé un fond de jeu ainsi que de vraies qualités de combattivité. Tout ça est très rassurant dans l'opération sauvetage.

Contre une belle équipe d'Annecy qui était en confiance et n'avait plus perdu depuis très longtemps en Ligue 2 (le 22 octobre à Bordeaux), les Verts sont revenus au score, ont pris l'avantage et se sont arrachés sur la fin avec ce but exceptionnel de Mathieu Cafaro après une transversale sublime de Niels Nkounkou, comme une nouvelle preuve que ce Mercato d'hiver paie bien à Saint-Etienne.

« Sans son Zorro du moment, l'ASSE a marqué trois fois »

L'ASSE a pris trois points importants avant de recevoir Dijon, d'aller à Nîmes et d'accueillir Pau, ses trois devanciers au classement. Cette victoire face à Annecy était impérative. Maintenant, il ne faut surtout pas s'enflammer. Si Sainté a montré quelque chose sur ce début de saison, c'est que c'était les spécialistes pour relancer les équipes dans le dur. Les trois prochains matchs de l'ASSE sont autant de tournants dans cette course au maintien. Aujourd'hui, j'ai quand même le sentiment que Saint-Etienne dispose largement des armes pour se maintenir en Ligue 2. Il faut y croire.

Sur leur dernier match, les Verts étaient pourtant privé de l'homme du moment : Gaëtan Charbonnier, en tribune car souffrant du dos. Avant la rencontre, il y avait de quoi nourrir quelques craintes. Sans son « Zorro » du moment, l'ASSE a marqué trois fois. Cela prouve aussi que les autres ont pris leurs responsabilités. On retrouve aussi progressivement le Jean-Philippe Krasso du début de saison, celui de la fin de saison dernière avec l'AC Ajaccio. Sur ce point, on peut remercier les dirigeants de l'avoir retenu sur ce Mercato d'hiver. Je suis également content de voir que Laurent Batlles lui a rendu les clés.

« Sur Batlles, il convient de garder une certaine mesure »

En parlant du coach, on l'a vu très ému au micro de beIN Sports après la rencontre. Laurent Batlles le savait sans doute : il risquait très gros en cas de nouvelle contreperformance. Pour moi, c'est aussi l'occasion d'évoquer un point particulier, qui me dérange un peu depuis quelques semaines. Souvent, quand on discute avec les anciens joueurs, on nous parle de l'identité « club », de l'importance d'avoir des anciens de la maison impliqués. Laurent Batlles fait des erreurs mais c'est quelqu'un qui aime ce club. Son club d'adoption, lui qui vivait encore à Veauche lorsqu'il était parti entraîner Troyes.

Par rapport à ce que je peux lire ou entendre sur Laurent Batlles, je vais égratigner un peu quelqu'un que j'apprécie par ailleurs : Patrick Guillou. Dans ses chroniques au Progrès, il se permet de défoncer tout le monde. Après Claude Puel et Pascal Dupraz, Laurent Batlles est dans son viseur. Même s'il est dans le cœur des Stéphanois (et que je peux le comprendre!), la carrière de Patrick Guillou ne lui donne pas le droit de laminer autant les personnalités en place dans le club. Laurent Batlles, c'est quand même un ancien du club. Quelqu'un de particulièrement technique, élégant, spectaculaire et efficace. Même si ces qualités n'en font pas automatiquement un bon entraîneur, il convient de garder un peu de mesure. Cela reste un jeune entraîneur avec ses défauts et ses qualités. Il a raté son Mercato d'été, c'est vrai. Mais les bonnes recrues sont arrivées très tardivement pour lui. Je pense qu'on peut pardonner plus facilement à quelqu'un qui aime vraiment le club. Ce que je veux dire par là, c'est qu'il faut faire attention de ne pas avoir deux discours. Certains donnent l'impression d'attendre la contreperformance pour pouvoir dire : Batlles s'en va, bon débarras ! Je note que les mêmes qui critiquaient Julien Sablé pleurent aujourd'hui de le voir adjoint à l'OGC Nice.... »

Podcast Men's Up Life
 

La chronique ASSE de Denis Balbir

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité des Verts. Retour sur le beau succès de l'ASSE samedi contre Annecy (3-2). Un match libérateur pour Laurent Batlles, le coach des Verts étant sous la menace d'un limogeage en cas de contreperformance.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.