Vladimir Petkovic (Girondins) a été le premier à bricoler massivement pour jouer malgré tout à Brest...
Vladimir Petkovic (Girondins) a été le premier à bricoler massivement pour jouer malgré tout à Brest...Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

OL, PSG, Rennes, Girondins - L'oeil de Denis Balbir : « Le Covid transforme janvier en période de bricolage »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de Ligue 1. Retour sur la galère des clubs avec la 5e vague de Covid-19 qui pousse les instances à prendre des décisions difficiles.

Zapping But! Football Club Top 10 : les meilleurs passeurs de Ligue 1 en activité

« En ce début d'année 2022, période des vœux, le Covid est revenu en force dans l'actualité du football français. De retour des fêtes, beaucoup de clubs se retrouvent décimés et ont dû jouer dans des conditions dantesques en Coupe de France. C'est notamment le cas de Bordeaux (21 cas positifs au club!) et de Rennes (décimé en défense). Le PSG (4 cas dont Lionel Messi, bloqué en Argentine), Monaco (7 cas), Angers (25 cas) et l'OL (plusieurs cas dont Lucas Paqueta) sont aussi beaucoup touchés et la CAN complique encore un peu plus la donne pour les coachs.

Entre la FFF qui impose aux clubs de jouer « coûte que coûte » et la LFP qui autorise quelques reports (SCO Angers – ASSE), les stratégies adoptées diffèrent. C'est très compliqué de gérer tout ça... Si le passé nous a montré une chose, c'est que ce serait difficile de suspendre à nouveau le championnat. Pour moi, il faut réagir au cas par cas, en regardant aussi au calendrier pour remettre certains matchs si nécessaire. Pour tout le monde, janvier sera une période de bricolage. Même si l'équité sportive est bien entamée, il faudra faire attention à ne pas trop l'écorner non plus. Si cinq ou six cadres d'une équipe venaient à manquer et qu'il faut piocher de trop dans la réserve, l'idéal c'est quand même de reporter. Est-ce que c'est toujours possible ? Cela me paraît compliqué pour les clubs qui jouer déjà l'Europe...

« Ce jonglage est la situation la moins préjudiciable par rapport à l'arrêt total du championnat »

Personnellement, je suis de ceux qui pensent que ce jonglage est la situation la moins préjudiciable par rapport à l'arrêt total du championnat. Ce serait s'attirer les foudres de tout le monde. Aucun grand pays n'envisage de mettre en pause sa ligue domestique, pourquoi la France ferait exception ?Par rapport aux diffuseurs, aux supporters, aux équipes, à la santé économique des clubs, on ne peut pas tout arrêter. Même s'il n'y a pas de solution idéale pour mettre fin à tout ça, il va falloir faire avec. Il faut dans tous les cas s'adapter, jouer les matchs tôt ou tard dans la saison... Le plus important, c'est que les matchs puissent se tenir.

Certains militent pour la création d'une bulle sanitaire autour des joueurs. Comme la NBA l'a un temps envisagé pour protéger les joueurs. A mon sens, ce n'est pas la solution pour éviter que les OL – PSG de demain se retrouvent privés des Paqueta ou Messi. On peut dire aux joueurs d'être prudent mais vu la contagiosité de ce dernier variant Omicron, ça s'annonce quand même compliqué. On n'est pas là à faire des cours de médecines. On va faire quoi ? Enfermer les équipes dans les centres de formation en autarcie avec l'extérieur pour que les matchs se jouent ? Je trouverais ça extrême. Ce serait très embêtant pour l'équilibre des joueurs. On est dans le football, pas dans des commandos militaires. Il faut surtout faire le dos rond, faire un peu plus attention et réagir au coup par coup. On ne doit pas prendre de décision tranchée. Attendons déjà de voir comment ça se passe au milieu du mois de janvier... »

La chronique Ligue 1 de Denis Balbir

Alors que le football français est confronté à une déferlante de cas de Covid sans précédent et qu'il faut continuer à jouer malgré tout, Denis Balbir revient sur la tension de ce mois de janvier, les décisions des instances et ce qui peut être mis en oeuvre pour passer la période Delta - Omicron.