OM – L'oeil de Denis Balbir : « Trop tôt pour faire de Marseille le principal challenger du PSG »
Bamba Dieng et Amine Harit ont fait forte impression à Monaco.Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

OM – L'oeil de Denis Balbir : « Trop tôt pour faire de Marseille le principal challenger du PSG »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de Ligue 1. Retour sur le beau succès de l'OM à Monaco (2-0).

Zapping But! Football Club Ligue des Champions : le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire

« Ce samedi, l'OM disputait son premier vrai test de la saison à Monaco et il l'a réussi (2-0). On a vu une belle équipe de Marseille, très combative, très sûre d'elle dans les impacts comme dans les duels, solidaire... Privés de Dimitri Payet, Arkadiusz Milik et Alvaro Gonzalez, les Phocéens s'en sont remis au minot Bamba Dieng, auteur d'un doublé. Au delà de ses deux buts, je retiens l'état d'esprit de ce jeune attaquant, qui a insisté malgré deux échecs et des montants. Certains auraient pu se décourager, pas lui. Il m'a impressionné par sa mentalité mais aussi par sa gestuelle et sa vitesse balle au pied.

« Tous les voyants sont au vert pour Sampaoli »

Même si Monaco n'est pas à son niveau en ce début de saison, ce serait dévalorisé la prestation des Marseillais que de ne pas la saluer. L'OM s'est offert une victoire sereine. Tous les voyants sont au vert pour Jorge Sampaoli. Il dispose d'un effectif bien équilibré avec du talent dans toutes les lignes : Saliba derrière, Guendouzi au milieu, Harit devant... Cette équipe de l'OM me plait beaucoup. Elle a fait une démonstration de force à Monaco.

De là à en faire le principal challenger du PSG ? C'est trop tôt pour le dire. Il faut aller avec prudence. Encore plus quand on parle d'un club volcanique comme Marseille. Les séries peuvent s'arrêter, qu'elles soient bonnes ou mauvaises. Ce qui est intéressant dans cette équipe olympienne, c'est qu'elle démontre beaucoup de sérénité et de l'ambition. L'OM a la chance de retrouver son public et cela peut être exceptionnel pour faire une grande saison. Maintenant faire de Marseille l'outsider numéro 1 du PSG ? Sur le papier, ce serait formidable. Mais nous ne sommes qu'à la 5e journée. Soyons prudent. On en reparlera dans cinq ou dix journées...

« Avec Mandanda, il y a des formes à mettre »

Pour moi, le seul point noir du moment à Marseille, c'est la gestion de Steve Mandanda. Premier gros match de la saison à Monaco : Jorge Sampaoli le remplace directement par Pau Lopez. Ce n'est pas comme si l'Espagnol arrivait avec une énorme carte de visite et nous avait subjugué par le passé dans ses autres clubs. A Louis II, il n'a pas eu trop l'occasion de le faire. Ce sera à revoir. Si Mandanda avait été doublé par Gianluigi Donnarumma ou Keylor Navas, lui-même aurait pu le comprendre mais se faire passer devant par un joueur de cette trempe-là... Je comprends la tristesse de Steve Mandanda sur le banc. Comme pour Paris, l'OM a le don de se créer des problèmes là où il n'y en a pas.

Pour moi, il y a des formes à mettre. Les choses peuvent se faire ou se dire avec plus de diplomatie ou de tact. Surtout quand il s'agit d'un joueur emblématique comme Steve Mandanda l'est à Marseille. Je n'ai pas le sentiment que le portier des Bleus a démérité en début de saison et qu'il soit fini malgré son âge. Je comprends qu'on puisse vouloir un gardien avec d'autres caractéristiques, pour jouer plus haut... Mais on ne peut pas traiter d'égal à égal les joueurs. Certains ont des statuts spéciaux de par leur histoire. La succession aurait pu se faire plus doucement et le successeur aurait pu être meilleur. J'espère me tromper et que Pau Lopez se sera stratosphérique, fera des passes décisives de 50 mètres à Payet ou Milik... Si Marseille a trouvé un extraterrestre grand bien leur fasse, mais je n'ai pas cette impression. Soyons respectueux des joueurs qui ont donné énormément au club et au maillot. »

La chronique OM de Denis Balbir

S'il a plutôt été convaincu par la victoire de l'OM sur la pelouse de Monaco (2-0) samedi soir, Denis Balbir estime qu'il est encore trop tôt pour s'enflammer du côté phocéen. Il s'interroge aussi sur la gestion des gardiens de but...