Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

PSG - L'oeil de Denis Balbir : « Ce 10e titre est celui de la fracture »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de Ligue 1. Notre consultant revient sur le 10e titre du PSG glané dans l'indifférence face au RC Lens samedi soir (1-1).

Zapping But! Football Club Top 10 : les footballeurs les plus suivis sur les réseaux sociaux

« Samedi soir, le PSG a atteint son ultime objectif de la saison en remportant face à Lens (1-1) son 10e titre de Champion de France. Un sacre feutré et sans passion où les plus fervents supporters ont même quitté le Parc des Princes à 15 minutes du coup de sifflet final pour fêter ça entre eux. Ce titre, c'est vraiment celui de la fracture.

« Le club n'a pas su gérer son ambition »

Pour beaucoup, le PSG a raté sa saison. L'équipe est sortie rapidement en Coupe d'Europe et n'est même pas en finale de la Coupe de France. Je pense que la direction parisienne est responsable de cette colère froide et de la gourmandise suscitée qui n'a été que partiellement assouvie. Avec le recrutement estival et les promesses faites, on a amené les supporters à rêver plus grand. Beaucoup ont cru, à l'aube de cette saison, que ce serait la bonne année en Ligue des Champions. On leur a fait oublier que le football était une science incertaine et on récolte aujourd'hui les conséquences de cette ultime désillusion.

Le fait d'injecter autant d'argent, de faire venir autant de grands joueurs, d'avoir pu retenir Kylian Mbappé, on a créé un public émerveillé. Les fans étaient ambitieux, beaucoup plus que le jeu proposé par leur équipe. Je pense que beaucoup ont été écoeurés par la tournure des évènements, par les comportements individuels de divas marchant sur le terrain. Le club n'a pas su gérer son ambition. Il y a l'arrivée en grande pompe de Gianluigi Donnarumma, qui a fragilisé la question du gardien de but, le fiasco Sergio Ramos, la saison relativement moyenne de Lionel Messi qui n'a pas su porter le PSG comme il l'avait fait au Barça... On a l'impression que tous les efforts faits par la direction sont vain. Comme d'habitude, il a manqué le plus important : la cohérence dans la construction d'un collectif. Aujourd'hui, on voit un club divisé, avec des clans, avec des bagarres, avec un entraîneur difficile à suivre dans ses choix...

« Quand les supporters sont trop gâtés, ils sont blasés »

Cette absence de communion avec le public est assez symptomatique. Quand les supporters sont trop gâtés, ils sont blasés. Je peux comprendre qu'on fasse la grève des encouragements mais il ne faut pas non plus exagérer ou galvauder l'importance des titres. On parle quand même d'un 10ème sacre en Ligue 1 qui permet à Paris d'égaler l'ASSE en tête des clubs les plus titrés. Il y a une juste mesure à avoir. Je peux comprendre la déception de la Ligue des Champions mais le fait de quitter le stade quand l'équipe joue encore, c'est trop pour moi. On ne peut pas reprocher aux joueurs de ne pas mouiller le maillot et être aussi ambigü dans son attitude à côté... »

La chronique PSG de Denis Balbir

Accroché par Lens, le PSG est allé chercher le point qu'il lui manquait pour décrocher son 10e titre de Champion de France. Un titre célébré dans une ambiance des plus étranges que notre consultant Denis Balbir tente de décrypter...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.