PSG – L'oeil de Denis Balbir : « Ce Neymar-là n'a plus sa place à Paris »
Neymar Jr et Mauricio PochettinoCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

PSG – L'oeil de Denis Balbir : « Ce Neymar-là n'a plus sa place à Paris »

L'élimination du PSG sur la pelouse de Manchester City (0-2) sonne le glas des Espoirs européens de la Ligue 1. Denis Balbir décrypte cette sortie de piste.

Zapping But! Football Club Ligue des Champions : le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire

« Avec Manchester, le PSG est tout simplement tombé sur plus fort que lui sur les deux demi-finales. Il y a beaucoup de leçons à tirer. La première est que nous avons tous crié à l'exploit après le Barça et le Bayern Munich. On a fait de Paris le favori de la Ligue des Champions. Moi le premier. Le PSG avait été extrêmement fort et réaliste mais on a aussi souligné que, sur ces deux doubles confrontations, le plus fort au PSG c'était le gardien. Cela voulait aussi dire que cette équipe, malgré ses qualités évidentes en contre, subissait aussi beaucoup. Face à City et Mahrez, ça a tourné dans le mauvais sens. Keylor Navas ne peut pas tout faire.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

« Paris, un grand club mais pas une grande équipe »

Le PSG est un grand club mais ce n'est pas une grande équipe. C'est une addition de bons joueurs ou de stars mais il manque quelque chose. Pour le Qatar, c'est une grande leçon de voir qu'après une stabilité de six ans, Manchester City va en finale avec Pep Guardiola, que c'est peut-être un entraîneur qui a quitté Paris (Tuchel) qui l'accompagnera... Ou alors un coach français qui a déjà gagné plusieurs fois la compétition (Zidane). Pour réussir, il faut une politique stable et sur plusieurs années.

Mardi soir, Marco Verratti a plongé, le choix de Mauro Icardi a posé question alors que Moise Kean était aussi disponible... Collectivement, il y avait beaucoup de problèmes. Derrière les deux stars Mbappé – Neymar, il n'y a que quelques grands joueurs comme Di Maria, Marquinhos et Navas mais aussi beaucoup de joueurs moyens, payés très chers, comme Draxler ou Kehrer. Des joueurs que l'on pourrait facilement remplacé par des jeunes formés au club sans que cela ne porte préjudice à l'équipe.

A Manchester City, on peut aussi parler du rendement catastrophique de Neymar. Je ne vois pas comment le Brésilien pourra être bien vendu. Pour moi, quand il est à ce niveau, Neymar n'a plus sa place au PSG. Non seulement il n'est pas décisif dans les matchs couperets mais son attitude pose aussi problème. Certes, c'est un joueur qui marque beaucoup de buts en phase de groupe, en championnat, mais quand il s'agit de briller dans un grand match il disparaît. Peut-être que sa présence est flamboyante au niveau marketing mais j'ai quand même du mal avec le fait qu'on paie aussi cher un joueur qui n'apporte pas de résultats. Il n'y a qu'à comparer avec Cristiano Ronaldo. Quand il dit « Je vais marquer trois buts et qualifier mon équipe contre l'Atletico », il le fait. Neymar parle mais Neymar n'agit pas.

« Le PSG va traverser un orage »

Ce qui m'énerve aussi avec Paris, c'est que ce n'est jamais de leur faute quand ils perdent. Là, les joueurs ont accusé l'arbitre. Sur le terrain, on a surtout vu beaucoup de nervosité du côté du PSG. Cela fait beaucoup de choses qui font qu'on est encore une fois déçu. Aujourd'hui, le risque d'une saison blanche est bien réel. Surtout que l'équipe doit composer avec un Kylian Mbappé blessé à l'aune des matches décisifs. Sur les prochains matchs, contre Rennes et Montpellier en Coupe de France, Paris sera attendu au tournant. Il faudra digérer l'élimination. Peut-être que certains adversaires appuieront sur la corde sensible... La course au titre s'annonce difficile. Paris n'a plus son destin en main et trois succès ne suffiront pas forcément à dépasser Lille. Il faut s'y préparer: le PSG va traverser un orage. »

Pour résumer

Pour Denis Balbir, le PSG de mardi soir, avec un pauvre Neymar, ne méritait pas mieux qu'une élimination face à Manchester City.

Alexandre Corboz
Article écrit par Alexandre Corboz