Credit Photo - Montage But! Football Club / Photos Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

PSG, OM, FC Nantes, Rennes, Nice - L'oeil de Denis Balbir : « La L1 se dévalorise d'année en année »

Chaque lendemain de Coupe d'Europe, Denis Balbir fait le bilan des prestations des clubs français. Cette semaine, il y a beaucoup à dire... Et pas forcément en bien !

Zapping But! Football Club TOP 10 des meilleurs buteurs de Ligue 1 Uber Eats

« La deuxième journée de la phase de groupe des Ligues des Champions, Ligue Europa et Ligue Europa Conférence fut beaucoup plus compliquée pour les clubs français. Une Ligue 1 qui affiche d'ailleurs le 17e coefficient à l'indice UEFA en ce début de saison... C'est triste mais finalement assez logique. Même si on a le droit à quelques matchs spectaculaires en Ligue 1, le niveau général a baissé. Cela se ressent dans le niveau de jeu et l'Europe en est le révélateur. Même si on a de très bons joueurs en France, même si on a des stars, la Ligue 1 se dévalorise d'année en année.

« Paris n'était pas prêt à une telle opposition à Haïfa »

Cette semaine, même le PSG, qui était en déplacement sur la pelouse du modeste Maccabi Haïfa, s'est fait peur (victoire 3-1)... Les hommes de Christophe Galtier ont été pressés, bousculés, menés et ils ne s'en sont sortis que grâce aux éclairs de génie de leurs trois de devants (Messi, Mbappé et Neymar). Le match a vraiment été compliqué. Paris n'était pas prêt à une telle opposition. Si même le PSG est friable sur ce match-là, ça veut aussi dire qu'en Ligue 1 c'est peut-être un peu trop facile de surnager. Il n'y a qu'à voir Monaco qui se fait surprendre chez lui par les hongrois de Ferencvaros (0-1). Avec l'effectif que ces deux clubs ont, c'est anormal d'être autant en difficulté. Il faut se poser les vraies bonnes questions.

« A Marseille, on a quand même un manque de discernement »

L'OM – qui a encore perdu face à l'Eintracht Francfort (0-1) – est un autre exemple de ces problèmes. Deux matchs, zéro point et cela devient encore plus compliqué. Un classique pour les Marseillais en C1 et une bonne réponse à ceux qui parlaient d'un groupe facile pour les Olympiens. Après les espoirs de Tottenham, c'est une grosse déception pour l'OM. Marseille marche beaucoup à l'énergie. C'est le plan de leur entraîneur Igor Tudor. Mais ça ne suffit pas quand on manque de talent... et quand, en plus, on rate ses balles de 1-1. L'OM a encore montré ses limites avec des joueurs qui sont encore passés au travers.

Ce qui m'embête le plus avec l'OM : ce sont les choix. Cédric Bakambu, qui n'était pas qualifié avec Marseille, file à l'Olympiakos. On a laissé partir Arkadiusz Milik à la Juventus qui a marqué face à Benfica et montre qu'il était le finisseur approprié pour la Ligue des Champions... On choisit aussi de se passer de Bamba Dieng comme si l'OM avait largement mieux devant. A Marseille, on a quand même un vrai manque de discernement sur beaucoup de points.

« Kombouaré va devoir corriger certaines choses »

En Ligue Europa, ce ne fut guère mieux. On a parlé de Monaco, battu par Ferencvaros, mais que dire du FC Nantes, qui, après la belle cure de jouvence de sa victoire contre l'Olympiakos (2-1), a lourdement chuté à Qarabag en Azerbaïdjan (0-3). Ce qui m'a le plus dérangé avec les Canaris, c'est la friabilité défensive de cette équipe. Une telle perméabilité, quel que soit l'adversaire, ça devient quand même inquiétant. Surtout que Nantes peut vraiment compter sur un très bon gardien avec Alban Lafont, lequel a encore multiplié les arrêts... Antoine Kombouaré va devoir corriger certaines choses. Qu'un représentant d'un petit pays crée l'exploit, ça peut toujours arriver mais avec les Français c'est quand même un peu récurrent. L'ampleur du score, face au champion d'Azerbaïdjan, est difficile à digérer. On va parler d'exploit ponctuel en attendant le match retour à la Beaujoire.

« Rennes accroché par Fenerbahçe, pas illogique »

En soirée, Rennes et Nice ont également joué et n'ont pas perdu. Respectivement face à Fenerbahçe (2-2) et sur la pelouse du Partizan Belgrade (1-1). Je suis plus embêté par le match des Niçois qui font du surplace dans leur groupe et enchaînent les matchs nuls. Vu ses ambitions, le Gym va devoir passer la vitesse supérieure. Il y avait matière à mieux en Serbie.

Pour le Stade Rennais, c'était un match un peu plus fou, face à un adversaire plus solide. Au Roazhon Park, on a vu un super match de foot, avec des attaques dans tous les sens. A 2-0, avec le froid réalisme de Terrier et Majer, les Bretons auraient peut-être dû calmer le jeu. Rennes s'est sabordé sur la fin avec le carton rouge d'Hamari Traoré. Beaucoup disent qu'il est logique et que le Malien n'aurait pas dû répondre aux provocations de son adversaire. C'est vrai qu'il y a un coup mais le Turc en rajoute des tonnes après s'être précipité de manière assez véhémente sur le capitaine rennais. Pour moi, c'est moins flagrant qu'il n'y paraît. L'arbitre en a décidé autrement et Rennes a craqué sur un penalty concédé bêtement par Benjamin Bourigeaud. Une faute de fatigue dirons-nous. Ce 2-2 sanctionne le déclin physique des Rouge et Noir en même temps que l'abnégation du Fenerbahçe. Il n'était pas illogique.

Pour Rennes, Nantes, Monaco ou Nice, la qualification est encore de l'ordre du possible. Mis à part Marseille, la France peut quand même sortir cinq équipes sur six des poules. Mais si le danger d'élimination n'est pas immédiat, une réaction est quand même nécessaire début octobre à l'occasion de la troisième journée. »

Pour résumer

Chaque lendemain de Coupe d'Europe, Denis Balbir fait le bilan des prestations des clubs français. Cette semaine, il y a beaucoup à dire... Et pas forcément en bien ! Des humiliations de Nantes et Monaco à la difficile victoire du PSG.

Podcast Men's Up Life
 

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.