ASSE – L’oeil de Denis Balbir : « La finale, un moteur de vie dans cette fin de saison »

true

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité des Verts et de la Ligue 1. Retour sur la grosse semaine de l’ASSE avec la qualification en finale de Coupe de France et le nul contre Bordeaux.

« Cette saison, l’AS Saint-Etienne est vraiment partie pour vivre au jour le jour. Après cette semaine, il y a deux manières de voir les choses. De manière négative, on peut dire que l’ASSE a encore perdu deux points à la maison en Ligue 1 et se retrouve désormais 17e sous la menace directe du barragiste. La plus positive est de se dire que l’ASSE a gagné le droit d’aller au Stade de France défier le PSG et que cela a joué dans le contenu du match face à Bordeaux (1-1).

« L’ASSE était plus entreprenante, moins peureuse »

Personnellement, je fais davantage partie de cette deuxième catégorie. Contre les Girondins, j’ai trouvé l’équipe de Saint-Etienne plus entreprenante, moins peureuse que sur les derniers matches. Dans ce match, l’équipe forézienne était menée. Elle a su réagir, égaliser, tenir à dix contre onze. Même s’ils n’en ont pas transformé assez, les Verts se sont procurés des occasions face à Bordeaux. Forcément, au niveau comptable ça ne fait qu’un point mais, des trois équipes qui ferment la marche en Ligue 1, aucune n’a fait mieux ce week-end.

J’ose espérer que la qualification des Verts en finale de Coupe restera comme un moteur de vie dans cette fin de saison. Aux joueurs de puiser des forces dans cette qualification. Cela doit être le déclencheur de la révolte.

« Jeudi soir, j’avais les larmes aux yeux »

Je ne vais pas le cacher : jeudi soir, j’avais les larmes aux yeux. C’était un grand moment de voir les supporters descendre sur la pelouse et communier avec les joueurs. De voir le club se qualifier pour une finale de Coupe de France 38 ans après. Cette victoire, ce scénario… Tout était prétexte à exploser. Emotionellement, c’était encore plus fort du fait des critiques qui s’abattaient sur cette équipe, du fait de la remise en cause pas toujours juste du travail de Claude Puel. Je suis content pour lui car il a vraiment tapé dans le tas dans un effectif qui avait besoin d’être bougé.

« J’attends beaucoup des retours de Khazri et d’Hamouma »

Avec son but décisif contre Rennes et sa passe pour Denis Bouanga face à Bordeaux, Ryad Boudebouz revient bien. L’été dernier, les Verts avaient fait un pari en prenant un joueur en grande difficulté du côté du Bétis. Un joueur dans le doute ou sur la fin. Il faisait partie de ces cadres défaillants jusqu’alors. Cette semaine, il a bien redressé la tête. Maintenant, j’en attends d’autres…

Dans la période actuelle, il ne faut pas occulter le poids de l’infirmerie. Devant, Arnaud Nordin est certes revenu mais Wahbi Khazri et Romain Hamouma ne sont toujours pas là. On aurait besoin d’eux et de leur faculté à être décisifs dans les moments importants. Contre Bordeaux, c’est sans doute ce qui a manqué pour transformer ce match nul en victoire ».

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008