ASSE – L’oeil de Denis Balbir : « Stéphane Ruffier, un monument, une légende des Verts »

true

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1 et des Verts. Retour sur le nul de l’ASSE contre Montpellier et le record de Stéphane Ruffier.

« Dimanche, l’AS Saint-Etienne a subi un petit coup d’arrêt comptable face à Montpellier (0-0). On peut cependant voir le verre à moitié plein. La période d’invincibilité des Verts se poursuit. Ce match, Sainté aurait pu le gagner mais également le perdre sans un grand Stéphane Ruffier. Même si c’est le lot de beaucoup d’équipes, il faut aussi prendre en compte le paramètre de l’infirmerie.

Face à un MHSC au complet, Saint-Etienne évoluait avec de nombreux blessés. Cela remet en perspective le résultat de l’ASSE même si, perdre des points à domicile, ce n’est jamais très bon. Les Verts restent dans la roue des autres au classement.

Pour moi, ce résultat est quand même satisfaisant. Je préfère vraiment voir le positif comme l’intégration de jeunes joueurs. Dimanche, le petit Bilel Benkhedim fait une bonne rentrée. Je vois vraiment davantage de satisfactions que de choses négatives après ce match. Même si cet ASSE – MHSC n’a pas été d’un très haut niveau, cela reste un point important. Un point qui pourrait compter plus tard dans la saison.

« Heureusement que l’effectif est riche »

En ce début de saison, Saint-Etienne a beaucoup de blessés. Souvent de gros joueurs et souvent en même temps dans des circonstances différentes. Cela peut être inquiétant. Ce qui l’est moins, c’est que les remplaçants répondent présents. C’est aussi pour ça que je n’étais pas trop favorable à un plan dégraissage quand on en a parlé il y a une semaine de cela. J’en avais parlé avant que Wahbi Khazri ne se blesse en sélection de Tunisie mais heureusement que l’ASSE dispose de certains joueurs pour pallier à ces soucis. Ce qui m’embête le plus avec cette cascade de blessures, c’est que ce sont souvent des pépins sur le long terme ou le moyen terme. Pas des petites blessures de 5-6 jours… Peut-être qu’avec 100% de ses forces vives, l’ASSE compterait quelques points de plus mais heureusement que l’effectif est riche.

« Il ne manque pas grand chose à Ruffier pour être l’égal de Curkovic »

Pour finir cette chronique, un petit mot sur Stéphane Ruffier, qui est devenu le gardien le plus capé de l’histoire de l’ASSE en Ligue 1 (304 matches). Dimanche, le Bayonnais a encore été exceptionnel sur deux parades. Quand on voit ce qui se passe en équipe de France depuis la blessure d’Hugo Lloris, je n’arrête pas de me dire que c’est quand même dommage… A mon sens, entre Ruffier et Mandanda, il y avait débat. C’est triste qu’il y ait eu cette histoire dont on ne connait pas vraiment les tenants et les aboutissants.

En tout cas, Saint-Etienne a un gardien d’exception. Cette semaine, j’ai lu les propos de l’ancien gardien des Verts Gilbert Ciccarelli qui trouvait que Ruffier ne s’investissait pas assez pour le club. Je ne suis pas d’accord. Stéphane Ruffier est investi dans le principal : les matches. Je pense que sur les 367 matches qu’il a joué, l’ancien Monégasque a plus rapporté de points qu’il n’en a fait perdre.

C’est aussi quelqu’un qui a su rester fidèle même s’il n’a pas non plus eu masse de propositions pour partir. Ruffier est pour moi un monument. Il restera une légende des Verts. Ce qui lui manquera quand même par rapport à Ivan Curkovic, c’est une épopée européenne. Avec ça, il pourrait s’installer dans le Musée des Verts comme étant l’égal du Yougoslave. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008