FC Nantes – L’oeil de Denis Balbir : « Alban Lafont, un message très fort envoyé par les Canaris »

true

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Retour sur la semaine animée du FC Nantes avec l’échec de la vente du club et la signature d’Alban Lafont (Fiorentina).

« Benjamin Leigh Hunt ne sera pas le nouveau patron du FC Nantes et pour moi, ce n’est pas une mauvaise nouvelle ! Mieux vaut ne pas vendre à quelqu’un qui n’est pas en mesure de fournir toutes les pièces à la DNCG plutôt que de mettre le club en péril. En même temps, il y avait un loup dans cette vente. C’est relativement rare de voir un propriétaire être prêt à conserver les dirigeants en place en leur confiant des responsabilités. Tout paraissait curieux dans ce dossier.

« Pas une mauvaise nouvelle que la vente a capoté … »

On est reparti dans un Nantes « à l’ancienne » avec les Kita, avec Vahid Halilhodzic sur le banc qui a éloigné la menace Sabri Lamouchi… Des deux côtés, on continue à cohabiter tant bien que mal entre un coach qui critique ouvertement ses dirigeants devant les médias et des présidents qui font l’autruche. Bref, c’est toujours autant de l’amateurisme en interne. Je pense que cette situation doit être pesante chez les supporters.

Au moins, ces derniers savent que Waldemar Kita est prêt à vendre le club vu qu’il a ouvert la porte à cet investisseur anglais… Pas sûr que ce soit forcément très rassurant aux vues du dernier épisode.

Malgré cette instabilité chronique en coulisses, le FC Nantes a conclu la semaine sur un super coup de Mercato en se faisant prêter pour deux saisons Alban Lafont. Quand on perd Ciprian Tatarusanu, qui est quand même un gardien de grande qualité, ce n’est pas évident. La venue d’Alban Lafont est une énorme réponse à ce départ. A 20 ans, l’ancien Toulousain est toujours un grand Espoir du football français. Il s’est un peu perdu à la « Fio » et voyait son statut de titulaire remis en cause mais qu’il soit prêté à Nantes, c’est quand même surprenant.

Sans faire injure au FCN, quand on quitte un gros club italien pour revenir en Ligue 1, c’est quand même une petite régression. Maintenant tant mieux pour les Canaris. Avant son départ, il ne faut pas oublier qu’Alban Lafont était aux portes de l’équipe de France et que certains lui voyaient un potentiel supérieur à Alphonse Areola (PSG). Son retour dans l’Hexagone peut être une occasion de se rappeler aux bons souvenirs du sélectionneur.

« Fini les paris exotiques, le club est redevenu ambitieux »

Au-delà de ça, ce choix d’Alban Lafont est un message très fort envoyé par le FC Nantes sur ce Mercato : fini les paris exotiques, le club est redevenu ambitieux. Tant mieux car on parle quand même d’un club au riche passé et qui devrait, vu son importance dans le paysage français, finir dans les six premiers chaque année. Depuis des mois, on demande à Nantes plus de stabilité, tant au niveau du staff que chez les joueurs.

Jusqu’à présent, le FCN recrutait un nouveau coach, cinq adjoints, dix joueurs parlant la même langue que l’entraîneur pour tout déconstruire et reconstruire la saison suivante… Là, ce n’est qu’un début mais Nantes a gardé Vahid Halilhodzic, son staff et ramené Alban Lafont. Cette arrivée est un marqueur d’ambition qui peut pousser certains joueurs sur le départ à changer d’avis en se disant que les choses changent positivement au sein du club.

Peut-être que je rêve mais je le vois ainsi… En espérant que cette belle promesse ne soit pas noyée par un flot d’amateurisme et de bricolage comme c’est trop souvent le cas à Nantes. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ