Girondins – L'oeil de Denis Balbir : « Gasset ne peut pas vivre éloigné des terrains »
par Alexandre Corboz

Girondins – L'oeil de Denis Balbir : « Gasset ne peut pas vivre éloigné des terrains »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de la Ligue 1. Notre consultant revient sur la nomination de Jean-Louis Gasset à Bordeaux.

« Je suis content que Jean-Louis Gasset revienne en Ligue 1. Reprendre les Girondins de Bordeaux dans la difficulté qui est la leur actuellement, cela peut parraître fou mais Gasset aime bien ce genre de challenges. Il connait déjà le club et ses rouages. Il était l'adjoint de Laurent Blanc lorsque les Girondins avaient remporté leur dernier titre en 2009.

Jean-Louis Gasset est quelqu'un de très humain. Même si les propriétaires ont changé, je le vois très bien revenir au Haillan, retrouver des visages connus et avoir plaisir à les saluer. L'une des plus belles preuves de cette fidélité et de ce respect du passé : le voir remettre Eric Bedouet, qui était au club depuis des décennies, comme préparateur physique. C'est un coach à taille humaine, qui a un savoir-faire. Il débarque avec son ami Ghislain Printant et je suis sûr qu'il fera quelque chose des Girondins.

« Gasset, un coach à taille humaine, un homme de coups »

Jean-Louis Gasset est un homme de coups. Il en réalisera surement quelques uns. De là à refaire de Bordeaux un candidat aux places européennes ? Cela me paraît compliqué. Des clubs comme Lyon, Lille, Rennes me paraissent mieux armés. Mais je pense qu'il parviendra à reconstruire le club, à repartir sur des bases saines. Ces dernières années, les Girondins ont beaucoup souffert, les supporters sont très mécontents. Il a les clés pour remettre en scelle ce club endormi.

Oui, il y a un an, Jean-Louis Gasset prenait sa retraite. Il était usé à Saint-Etienne. Je pense simplement qu'il avait besoin de couper et qu'il s'est vite rendu compte que le terrain lui manquait. Les entraîneurs ont ça en eux. Parfois, ils pensent à raccrocher et puis ils regrettent et éprouvent le besoin absolu de repartir au combat. Combien de fois Robert Nouzaret a fait le coup ? D'autres ont aussi pris une année sabbatique... Quelqu'un comme Jean-Louis Gasset ne peut pas vivre éloigné des terrains.

« Il y a des clubs où ça peut être difficile mais pas à Bordeaux »

Je pense que ce que lui propose aujourd'hui Bordeaux convient à ses aspirations. Il va devoir lancer des jeunes de talent. Il a de bons joueurs comme Koscielny ou Costil pour encadrer. Je suis très optimiste. Je pense que Gasset avec ses discours, avec son humilité fera des miracles. Il y a des clubs où ça peut être difficile mais pas à Bordeaux. Je pense que ça peut même bien se passer si Frédéric Longuépée n'empiète pas sur son champ d'action et ne se mêle pas du sportif. »