Ligue 1 – L’oeil de Denis Balbir : « une saison blanche me paraîtrait logique »

true

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Notre consultant évoque la problématique du calendrier et des doutes sur la viabilité d’une fin de saison 2019-2020.

« Concernant la fin de saison, mon regard a changé. Il faut quand même se rendre compte que la situation sanitaire s’est aggravée en France et dans le Monde. Et encore nous n’en sommes pas encore au pic dans l’Hexagone et on n’a pas encore abordé le problème africain, qui va forcément arriver et qui ne sera pas sans conséquence sur le football français quand on sait le nombre de joueurs venant de ces pays-là. Ma vision a changé et je pense qu’on doit désormais faire de l’exercice 2019-2020 une « saison blanche ».

« Je ne sais pas comment l’appliquer sans créer d’injustices »

Si j’ai le sentiment qu’il faut annuler la saison, je ne sais pas comment l’appliquer sans créer d’injustices. C’est le problème…Comment repartir ? Avec quels clubs en Coupe d’Europe ? Quels clubs en Ligue 1 ? Quels clubs en Ligue 2 ? Mais vu ce qui se passe dans le monde, une « saison blanche » me paraîtrait logique… Ces dernières heures, Bernard Caïazzo (président du syndicat Première Ligue) a évoqué la date du 15 juin pour la reprise possible de la Ligue 1. Cela veut dire quoi ? Se ré-entraîner activement à partir de fin avril et début mai, jouer tous les trois jours, empiéter sur les fins de contrat de joueurs, empiéter sur la saison suivante qui s’annonce déjà extrêmement fatigante.

« On va sciemment mettre à mal la santé des joueurs »

Je rappelle juste que sur l’exercice 2020-2021, il y aura l’Euro, la Copa America, la CAN … Cela va faire un nombre important de compétitions en peu de temps. On va sciemment mettre à mal la santé des joueurs, leur capacité à élever le niveau, à être régulier dans la performance. L’annulation de la saison me semble la meilleure des solutions. Même si c’est plus facile à dire qu’à appliquer.

Je n’ai malheureusement pas les arguments pour éviter que tout le monde saute au plafond. Je comprendrais totalement ceux qui se sentiraient lésés et qui font une bonne saison. En même temps, mis à part le titre qui est promis au PSG, il n’y a pas d’autres certitudes que l’on peut avoir sur le dénouement de l’exercice en cours… »

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008