OL – L’oeil de Denis Balbir : « Les Lyonnais jouent à un train de sénateurs »

true

Chaque semaine, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Notre consultant revient sur la déliquescence de l’OL, encore battu à la maison par le FC Nantes (0-1).

« Pour moi, l’OL est la grosse déception du début de saison. On les avait vu comme un rival du Paris Saint-Germain et ils sont en grande difficulté. Au delà du résultat et des points, il y a un vrai problème de comportement. D’autres équipes ont déçu et évoluent en deça des attentes placées mais, à Lyon, c’est quand même flagrant.

Bien sûr, lors de la réception du FC Nantes (défaite 1-0), Alban Lafont a réalisé un énorme match mais l’OL est incapable d’avoir le moindre sentiment de révolte. A 0-1 au tableau d’affichage, on attend plus. Les coéquipiers de Jason Denayer n’ont réagi que par à coup, laissant l’impression que les Lyonnais menaient 1-0 ou 2-0. C’est incroyable de jouer de la sorte, avec un tel train de sénateurs. C’est très limite par rapport à ce qu’ils produisent dans le jeu.

Il y a une vraie inquiétude à Lyon. Peut-être plus qu’ailleurs. Cet OL est à des années-lumières de celui qui démarrait le championnat tambour battant, écartant Monaco (3-0) et Angers (6-0) avec flamboyance et réalisme. Au début, le collectif était plein de bonnes intentions. Il est retombé dans ses pires travers.

« La sortie de Juninho, pas un bon signe pour Sylvinho »

Dans cette période difficile, le point positif est que le public reste à sa place en soutien de l’équipe. C’est un gros changement par rapport à ce qui avait pu se passer avec Bruno Genesio ou Claude Puel à une époque. La remise en cause prend davantage la forme d’une autocritique au sein même de la direction de l’OL. Samedi, Juninho a eu le courage de se présenter à la presse. Je l’ai senti plutôt inquiet et sur le point de lâcher l’entraîneur qu’il avait choisi. Durant la semaine, il avait déjà fait part de quelques distensions dans une interview à la chaîne du club. Le passage devant les médias du nouveau directeur sportif, n’est pas bon signe pour le coach.

Aujourd’hui, Sylvinho fait partie des deux ou trois entraîneurs de Ligue 1 les plus menacés. Il y en a deux dans la même région et à moins de 60 kms l’un de l’autre. Cela risque de donner un derby très tendu dimanche soir à Geoffroy-Guichard. Un vrai derby de la peur. Encore plus pour Lyon que pour Saint-Etienne car les Gones n’ont pas les mêmes ambitions que les Stéphanois. Contrairement à l’OL, l’ASSE va être revigoré par sa victoire à Nîmes. Bien sûr, au milieu, les deux frères ennemis jouent un match de Coupe d’Europe mais, sur le choc de Ligue 1, Lyon a davantage à perdre. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ