OL – L’oeil de Denis Balbir : « Pas loin du désastre »

true

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Focus sur la très mauvaise période traversée par l’OL, battu par Rennes (0-1) et décimé par les graves blessures.

« Dimanche, l’OL a vécu un nouveau cauchemar face à Rennes (0-1). En ce moment, tout se passe mal. Quand on est dans ce genre de spirale, la malchance s’y met aussi. Les blessures de Memphis Depay et de Jeff Reine-Adélaïde sont terribles pour Lyon. Quand on a deux joueurs majeurs qui se blessent aussi gravement, ça paraît difficile de s’en sortir. Surtout quand le rendement collectif est très moyen à côté. Dans ces cas-là, il n’y a vraiment qu’à s’arc-bouté et attendre que ça passe…

« Peut-être que la solution passe par le Mercato d’hiver »

Autant dans des spirales positives, on peut gagner des matches en rendant des copies moyennes. Autant dans des dynamiques comme celles de Lyon, on broie du noir. Il va falloir trouver des solutions. Rudi Garcia va devoir régler les problèmes les uns après les autres. Il y a un souci avec les supporters, un souci avec l’équipe elle-même qui est très faible. Peut-être que la solution passe par le Mercato d’hiver.

L’OL va sans doute devoir trouver des joueurs si le club veut bien figurer en Ligue des Champions et revenir dans la course en Ligue 1. A Lyon, il y a un vaste chantier qu’on n’avait peut-être pas imaginé au départ. En tout cas, on se rend compte que le départ de Bruno Genesio, qui était tellement désiré par une frange de supporters et qui a été écouté à tord par Jean-Michel Aulas, a fait plus de mal que de bien. Aujourd’hui, on est pas loin du désastre.

« L’impression que tout peut rapidement partir à vau-l’eau »

Est-ce qu’on peut craindre de voir Lyon rater l’Europe pour la première fois depuis 1996 ? Oui, bien sûr ! Tout est à craindre à Lyon. On a parfois eu l’habitude de voir l’OL avoir des sautes de régularité. Cela s’est passé quand le club avait des grands joueurs comme Fekir, Lacazette, Tolisso ou Ndombélé. A l’époque, l’OL avait quand même le talent pour s’en sortir et une prise de conscience rapide avec un vestiaire très concerné. Là, on a l’impression que tout peut rapidement partir à vau-l’eau. Aujourd’hui, un redressement me paraît utopique.

Si Lyon se faire sortir en C1 dès les huitièmes de finale, il faudra s’extirper de la nasse en championnat. Arracher une 4e place me paraît encore possible mais pas dans les conditions actuelles. Ce Lyon est blessé à tous les niveaux. Fut un temps, on stigmatisait la défense. Actuellement, le souci est à tous les niveaux : en défense, au milieu, en attaque, sur le banc de touche, au sein du public et même dans la direction. On peut vraiment craindre le pire.

« Rudi Garcia, un atout pour l’OL face à la Juve »

Depuis ce midi, on connait l’adversaire de Lyon en huitièmes de finale de Ligue des Champions. Ce sera donc la Juventus de Turin. Un adversaire que l’OL connait pour les avoir joué deux fois il y a quelques années (en C3 puis en C1). Avant le tirage, on savait d’ores et déjà que l’OL serait l’outsider. Contre la Juve, Lyon l’est encore plus.

Aujourd’hui, en valeurs pures, cela paraît injouable mais il peut se passer des tas de choses avant le huitième de finale. La chance pour Lyon, c’est d’avoir Rudi Garcia pour préparer ce match. Il connait bien le club, il connait bien le football italien. Il avait failli détrôner la Vieille dame lors de son passage à l’AS Roma et même signer là-bas à une époque. Il peut avoir une idée sur comment les affronter. »

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008