OM – L’oeil de Denis Balbir : « On peut être moins alarmiste que par le passé »

false
OM – L'oeil de Denis Balbir : « On peut être moins alarmiste que par le passé »

Chaque semaine, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. L’OM connait un petit coup de pompe mais notre consultant reste optimiste.

« Après les trois matches nuls consécutifs de l’OM face à Montpellier (1-1), Dijon (0-0) et Rennes (1-1), il y a – à mon sens – deux manières de voir les choses. Soit on se dit que c’est un peu plus difficile actuellement pour Marseille avec les absences de Kamara, Alvaro, Thauvin ou Payet. Soit on reste optimiste et on se dit qu’en d’autres temps, l’OM aurait perdu certaines de ces rencontres, notamment face au Stade Rennais.

Bien sûr, c’est difficile pour les supporters olympiens mais au niveau comptable  Marseille reste dans les clous … Et ce n’est sans doute pas un mauvais point. Surtout au regard de la seconde période période aboutie des hommes d’André Villas-Boas. Je ne vois pas une équipe qui s’écroule. Je vois une équipe qui pousse, qui essaie de se transcender et qui, par moment, y parvient. On peut être moins alarmiste que par le passé.

« Lucas Perrin est un peu un symbole »

J’ai envie de retenir le fait que Marseille parvient à sortir des jeunes dans cette période plus compliquée au niveau de la profondeur de banc. Même s’il n’y a pas de stars naissantes chez les Minots, on voit des joueurs qui répondent présents. Cela faisait très longtemps qu’on n’avait plus vu ça. C’est étonnant, surprenant mais c’est surtout une bonne nouvelle pour le club. Jusqu’à présent, l’OM n’était pas un club très bien structuré au niveau des jeunes. C’est mieux depuis les arrivées cet été de Philippe Anziani et Maxence Flachez. A Marseille, on semble désireux de donner un peu plus la chance aux jeunes et c’est tant mieux. Lucas Perrin est un peu un symbole. C’est agréable de voir un jeune comme ça s’affirmer et confirmer le match d’après au Vélodrome dans un gros match.

Je tiens aussi à saluer le retour au sommet d’un homme : Steve Mandanda. Sans lui, peut-être que Marseille compterait quatre ou cinq points de moins en championnat. Il est dans une forme fabuleuse actuellement et, pour moi, il mériterait de revenir en équipe de France. En tout cas, c’est tout le mal que je lui souhaite. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ