PSG – L’oeil de Denis Balbir : « Neymar, l’éclaircie dans la grisaille parisienne »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Notre consultant ne pouvait pas manquer le retour du « prince » Neymar au Parc.

« On connait tous la versatilité des supporters. On a encore eu droit à un bel exemple samedi à l’occasion de PSG – RC Strasbourg (1-0). Avant le match, Neymar a eu droit aux banderoles. Certaines plus ou moins judicieuses. On peut être déçu d’un joueur sans pour autant se montrer insultant. J’ai l’impression que, dans le monde du football, la mode est à l’exagération : le prix des joueurs, l’arbitrage, l’attitude de certains fans… Pour moi, les supporters sont allés trop loin avec Neymar. Oui, il voulait quitter le PSG mais il est encore là et, plus important, il répond sur le terrain.

Neymar a fait la seule chose qu’il fallait faire dans ces cas-là. Il l’a fait avec beaucoup d’insistance. Face à Strasbourg, il était l’éclaircie dans la grisaille parisienne. Je l’ai vu volontaire, collectif mais également capable de coup d’éclats individuels. En le relançant à domicile sur ce match, Thomas Tuchel ne lui a pas fait de cadeaux. Ce n’était pas un retour facile.

« Plus que son but, j’ai envie de retenir sa communication »

Il l’a réussi avec son but sublime. Maintenant, n’exagérons rien non plus ! Certains parlent d’un geste prodigieux, d’un but qui restera dans l’histoire du club… Ceux qui défont et refont l’histoire du PSG ont tendance à oublier les bicyclettes d’Amara Simba ou le geste génial du stéphanois Ilan dans ce même Parc des Princes… Neymar a marqué un très beau but. Une reprise instinctive et difficile. C’est un geste de champion. Pas non plus le but du siècle.

Plus que ce coup d’éclat, j’ai envie de retenir sa communication d’après-match. Il a retourné une partie des supporters en sa faveur après son but mais il a surtout eu un vrai discours apaisant. Peut-être que ce n’est qu’une façade mais il se dit concerné par le PSG. Sur le terrain, il l’a montré. En même temps, son avenir passe aussi par là. Neymar l’a vu, il ne gagnera pas à jouer au plus malin avec Leonardo. Déjà qu’il va louper les trois premiers matches de Ligue des Champions, il a tout intérêt à être bon avec Paris et qu’il se dote enfin d’une hygiène de vie irréprochable pour éviter les blessures.

« Sur le pré, il est resté le Neymar que Paris a aimé »

Samedi, Neymar a montré qu’il avait du caractère, qu’il était prêt à jouer tous ses matches à l’extérieur. Est-ce que les supporters continueront à le siffler ? Si c’est leur intérêt de déstabiliser les autres joueurs pour manifester contre un seul, ça les regarde… Samedi, Neymar leur a simplement démontré qu’il pouvait répondre à un environnement hostile. Le personnage est décidémment hors-normes…

Fini les histoire d’anniversaires, de soucis extrasportifs, Neymar est de retour sur le terrain. Et sur le pré, il est resté le Neymar que Paris a aimé. Plus que Mbappé, Cavani ou Icardi, c’est à lui d’être le chef d’orchestre du PSG cette saison. Il a une grosse responsabilité à assumer. S’il y a un bon Neymar, on verra un grand PSG. S’il y a un bon PSG, il pourra sans doute partir s’il le veut l’été prochain… Mais mieux vaut sortir par la grande porte que par la toute petite. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ