Stade Rennais – FC Nantes / L’oeil de Denis Balbir : « Une leçon pour les Canaris »

true

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Il ne pouvait pas passer à côté de l’incroyable scénario de Rennes – Nantes.

« Vendredi soir, pour le premier match de la 22e journée de Ligue 1, on a eu droit à une rencontre au scénario incroyable entre le Stade Rennais et le FC Nantes (3-2). Un match qui s’est retourné en faveur des Rouge et Noir entre la 95e et 99e minute de jeu. On se rend compte qu’au delà de son public, Rennes a une équipe et un entraîneur. Un entraîneur talentueux. Le digne fils de son père. Une équipe qui sait réagir et se sortir les tripes quand il faut comme on l’a vu lors du derby breton. Sur ce match, tout le monde y croyait jusqu’au bout et cela a donné ce résultat magnifique pour eux.

« Rennes, le trublion de la course au podium »

A Rennes, la stabilité, qui faisait défaut à ce club sur les dernières saisons, semble enfin être là. J’écoutais avec attention Olivier Létang qui parlait il y a quelque jours sur un plateau télé. Je trouve que son projet est cohérent. J’ai aussi aimé son discours sur Julien Stéphan. Bien sûr je n’oublie pas que la posture d’un entraîneur reste toujours très fragile mais Rennes semble se structurer sur la durée avec lui. Au niveau du talent collectif et des individualités, ce Stade Rennais me plait. Les Bretons ont mis beaucoup d’argent dessus mais Raphinha confirme les promesses. C’est sérieux dans toutes les lignes. Cela me fait un peu penser au Lille de l’an dernier. Sur leur dynamique actuelle, ils peuvent être un véritable trublion dans la course au podium. Même si j’ai longtemps cru en une remontée de l’AS Monaco, c’est bien ce Rennes qui peut être la surprise de cette fin de saison.

« La peur de gagner a rattrapé les Nantais »

Côté nantais, la pillule du derby est difficile à avaler. En même temps, ce résultat s’explique par la différence entre les deux effectifs. D’un côté, on avait un Rennes survolté, avec des joueurs de talent sortis du banc. De l’autre, un effectif plus jeune, moins expérimenté, qui s’est peut-être laissé rattraper par la « peur de gagner ». Ils n’ont pas su gérer les circonstances du match. Nantes a tremblé quand il ne le fallait pas. C’est une leçon pour les Canaris mais ça n’enlève rien à leur excellent match des Nantais. Cela n’enlève pas non plus le mérite de Christian Gourcuff qui a fait de son mieux avec les joueurs à disposition pour son retour au Roazhon Park. Pour faire un grand match, il faut être deux. Si ce résultat est dommageable au niveau comptable, il est encourageant dans le contenu.

« Pas le genre de Gourcuff de se dédouaner de ce genre de résultat… »

Christian Gourcuff a laissé entendre qu’avec sa défense titulaire Pallois – Girotto, il aurait sans doute enlevé le derby. Peut-être. Peut-être pas. Si Michel Platini jouait à Saint-Etienne aujourd’hui, l’ASSE serait championne. Je veux bien qu’on discute des faits de match, de l’arbitrage, des joueurs qui n’étaient pas là mais ça ne change rien… Oui, sa charnière remplaçante a failli au mauvais moment. Oui, cela peut être une explication plausible pour justifier cette fin de derby cruelle. Mais on ne peut pas toucher sur se cacher là-dessus. Ce n’est de toute façon pas le genre de Christian Gourcuff de se dédouaner après ce genre de résultat ».

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008