par Mathias Merlo

OL : les 3 axes de la future présidence de Tony Parker

Invité de RMC, Tony Parker a dévoilé sa vision et ses ambitions pour l'OL. Il aimerait que les Gones remportent à nouveau la Ligue 1 et pèse en LDC.

À l'OL, la passation de pouvoir de Jean-Michel Aulas se met en place. Le boss des Gones a déjà donné les clefs du camion à Juninho et Bruno Cheyrou pour le sportif. Il reste au fondateur de la société CEGID d'adouber son successeur au poste de président d'OL Groupe. Depuis de nombreuses semaines, Aulas laisse à présager que Tony Parker possède la carrure le remplacer. La légende du basket français s'est montré enclin à reprendre le flambeau.

Interrogé sur cette perspective par RMC, Tony Parker s'est exprimé avec franchise : "Pourquoi pas dans trois ou quatre ans, mais il n’y a pas de date précise." Forcément, sa réponse l'a emmené à se projeter sur ses ambitions avec les pensionnaires du Parc OL. Comme durant sa carrière, Parker veut voir haut avec le club du Rhône : "Ils ont gagné beaucoup de titres dans les années 2000. Ça fait longtemps qu’il n’y a plus eu de titre de champion de France (le dernier date de 2008, ndlr). C'est essayer de ramener le titre de champion de France et continuer à faire grandir le club." 

La Ligue des Champions reste un objectif toujours très important pour l'OL

Parker espère donc régner à nouveau dans l'Hexagone, mais il ne veut pas oublier l'Europe : "La Ligue des champions reste un objectif toujours très important pour l'OL." Pour cela, le club lyonnais devra être patient. La construction du stade a causé des gros coût à rembourser.

Quand le Parc OL sera payé, les Lyonnais disposeront d'une plus grande surface financière : "Avec le nouveau stade, une fois que tous les remboursements auront été faits, on aura plus de moyens à mettre dans le sportif. Il faut continuer à être patient. Beaucoup de choses ont été mises en place. Dans les trois-quatre ans on pourra essayer de construire une équipe encore plus compétitive"

Avant l'OL, Parker veut apprendre de Jean-Michel Aulas

Le passage de témoin entre Jean-Michel Aulas et Tony Parker pourrait s'avérer périlleux. Dans un autre domaine, Juninho a eu un apprentissage difficile pour sa première année. Aux côtés du boss de l'OL, l'ex-capitaine de l'équipe de France entend poursuivre son apprentissage encore quelques années : "Comment j’ai réagi quand il m’a contacté? J’étais surpris, mais ça m’a fait chaud au cœur. Je le prends très au sérieux. Je sais qu’il ne veut pas laisser l’OL à n’importe qui. Il est prêt à déléguer. On parle de tout. Est-ce qu’il pourrait me demander mon avis sur un changement d’entraîneur ou le mercato? Oui. Il me respecte, ça va dans les deux sens, on a vraiment créé une relation privilégiée, il me fait confiance. J’ai tellement de choses à apprendre. Plus il reste, mieux c’est pour moi."

Le natif de Bruges (Belgique) est conscient des responsabilités inhérentes au poste de Jean-Michel Aulas : "Il n’y a pas que le sportif à l'OL. Il y a 50.000 trucs à gérer dans un club. J’ai la chance d’avoir quelqu’un comme Aulas qui est prêt à me montrer tous ces aspects. L’OL est un club coté en Bourse, il y a plein de choses à gérer.

Parker veut investir dans l'OL, mais pas "tout contrôler"

En bon businessman, Tony Parker a annoncé qu'il souhaitait acquérir des parts dans l'OL Groupe. Cependant, l'ex numéro 9 des Spurs ne veut pas tout diriger : "C’est important d’avoir des parts pour être légitime. Quand tu crois dans un projet, il faut investir. Ce serait avec plaisir. J’ai des idées en tête pour le développement qu’on veut faire avec Jean-Michel à l’international. On a déjà commencé avec le rachat du club féminin à Seattle (OL Reign)"

Avant de terminer son propos : "Moi je ne veux pas tout contrôler. Je veux avoir une vision globale. Dans le foot, si demain j’y suis à 100%, la première chose que je ferai c’est de bien m’entourer, avec des têtes pensantes pour le football."