Copa America – Présentation : Mexique, simplement pour faire de la figuration ?

D’ordinaire très performant lorsqu’il est invité à la Copa America (finaliste en 1993 et 2001, troisième en 1997, 1999 et 2007), le Mexique ne se présente pas cet été dans la meilleure configuration avant d’ouvrir la compétition face à la Bolivie.

L’objectif :

Faire grandir ses jeunes ! Car si le Mexique a de nouveau été invité à participer à la compétition, les Aztèques débarquent avec une équipe bis, composée de très jeunes joueurs et de locaux. La raison ? La Gold Cup, la compétition continentale de la CONCACAF, dont le Mexique dépend, et qui débute seulement quatre jours après le début de la Copa América. Néanmoins, il n’est pas dit que les jeunes mexicains ne souhaitent pas crée la surprise du tournoi. Affaire à suivre…

Le calendrier :

Le samedi 13 juin : Mexique – Bolivie (1h30)

Le mardi 16 juin : Chili – Mexique (1h30)

Le vendredi 19 juin : Mexique – Équateur (23h00)

Suivez tous les matches du Mexique en direct sur beIN SPORTS.

Le bon : Raul Jimenez

Jeune pépite fraichement débarqué à Madrid cette saison, le joueur de l’Atlético a déjà un palmarès bien rempli avec la sélection avec le Festival espoir de Toulon et les JO 2012. Déjà buteur à six reprises en 31 sélections depuis qu’il a intégré les A il y a trois ans, il est attendu comme l’élément majeur de l’attaque de la Tri.

La brute : Javier Aquino

Si on parle beaucoup de lui actuellement, c’est que le milieu de terrain de Villarreal, prêté cette saison au Rayo Vallecano, fait des pieds et des mains pour rentrer au pays où le club de Tigre l’attend. Champion Olympique aussi en 2012, Aquino est une petite boule de feu de 1m68 prête à exploser à chaque moment. Il a d’ailleurs montré en se faisant expulsé à deux reprises cette saison en Liga. Notamment dans le petit derby de Madrid entre le Rayo et Getafe. Face à Vidal, ça promet d’être chaud.

Le truand : Rafael Marquez

Il est encore là lui ? Mais quand va-t-il s’arrêter ? On s’était dit que après le Mondial au Brésil, à 35 ans, c’était finit. Eh non, il rempile. Pour ce qui sera une de ses dernières compétitions avec la Tri, Rafael Marquez est toujours là. Après une nouvelle année au haut niveau du côté de l’Hellas Verone alors qu’il semblait se diriger vers une fin de carrière en MLS et au pays, « Rafa » voudra coûte que coûte remporter la Copa América, seul trophée qui manque à son palmarès incroyable… Avec la Coupe du Monde évidemment !

L’avis d’Omar da Fonseca (consultant à beIN SPORTS) :

« Ils sont dans le groupe le plus facile avec le Chili, l’Equateur et la Bolivie. Ils peuvent passer… Maintenant est-ce qu’ils iront loin ? Je ne pense pas. Il manque la plupart des cadres. C’est une équipe jeune encadrée par un seul joueur d’expérience, Raphael Marquez, l’ancien Monégasque. Ils peuvent finir seconds de leur poule derrière le Chili mais, pour aller plus loin, je ne les sens pas. »

Samuel VASLIN (avec A.C)