France-Allemagne (Ligue des nations) : 3 choses à retenir sur la victoire des Bleus (2-1)

LOSC : un champion du monde chamboule le Mercato des Dogues !

La France a renversé l’Allemagne (2-1) ce mardi soir au Stade de France. Voici les trois principaux enseignements de la rencontre.

Kimpembe encore fautif

Presnel Kimpembe espérait profiter de la blessure de Samuel Umtiti pour montrer qu’il pouvait être mieux qu’un remplaçant chez les Bleus, mais c’est raté. Expulsé contre l’Islande, le défenseur parisien a provoqué le penalty allemand, transformé par Kroos, en contrant de la main un centre de Sané (14e). Il est ensuite apparu peu serein, à l’image d’une défense française souvent submergée par les vagues allemandes, en première mi-temps. Au retour des vestiaires, c’est sur une mauvaise relance de sa part que les Allemands ont eu leur meilleure occasion de la seconde mi-temps, par Gnabry (68e).

Pavard à la peine

Après son incroyable Coupe du monde, le retour sur terre est difficile pour Benjamin Pavard. Avec Stuttgart comme avec les Bleus, l’ancien lillois est redescendu de son nuage. Il enchaîne les prestations décevantes. Face aux Allemands, il a pris l’eau dans son couloir, en grande difficulté face à la vivacité de Sané et de Werner, en première mi-temps. Plus solide après la pause, mais il a souffert de la comparaison avec Lucas Hernandez, son alter ego du couloir gauche.

Hernandez en évidence, Griezmann à la conclusion

Face aux Allemands, il a fallu attendre la 45e minute pour que les Bleus inquiètent Neuer, Olivier Giroud ne parvenant pas à redresser un centre de Lucas Hernandez, auteur d’un joli déboulé. Hormis sur un face à face perdu avec Neuer, suite à une ouverture de Hernandez (54e), Kylian Mbappé a rarement été mis sur orbite et c’est Antoine Griezmann, jusque là peu en vue, qui a égalisé de la tête sur un centre de l’omniprésent Hernandez (62e). Avant de donner la victoire aux Bleus sur un penalty généreusement accordé à Blaise Matuidi pour un accrochage avec Hummels (80e).

Laurent HESS