France – Portugal (0-1) : Sissoko a tout tenté, Payet s’est écroulé… Les notes des Bleus

L’équipe de France, malgré une nette domination, s’est donc inclinée face au Portugal en finale de l’Euro (0-1). Un match qui va laisser de gros regrets.

Lire le résumé de la partie.

Le top : Moussa Sissoko

Le milieu de terrain, depuis le quart de finale contre l’Islande, a la confiance aveugle de Didier Deschamps, et ce soir, on a encore compris pourquoi notamment en première période. Meilleur joueur des 45 premières minutes sans discussions, l’ancien Toulousain s’est en outre créé une très grosse occasion après un dribble parfait dans la surface. En seconde période, Sissoko a été à peine moins en vue, brillant surtout par sa puissance pour aider défensivement. Sa frappe a quelques minutes de la fin du temps réglementaire a fait vibrer le Stade de France. Remplacé en prolongation par un Martial qui n’a guère apporté.

Le flop : Dimitri Payet

Celui qui avait démarré l’Euro en boulet de canon a fini la compétition dans le dur. En blessant involontairement Cristiano Ronaldo, il a donné un bon coup de main à l’équipe de France, mais c’est à peu près tout. Par la suite, le numéro 8 des Bleus a balbutié son football. Ne faisant aucune différence balle au pied, il s’est même très souvent compliqué la tâche aux abords de la surface. Et son entente avec Griezmann n’est plus aussi évidente. Un match sans. Remplacé par Coman qui a tenté de faire des différences mais sans grande réussite au final.

Les notes

Hugo Lloris (6) : le capitaine des Bleus a eu beaucoup moins de travail à faire que son homologue Rui Patricio, mais il a été décisif à plusieurs reprises, notamment sur une énorme double occasion en prolongation. Peut-être touché sur cette action, il a été trop court sur la frappe d’Eder.

Patrice Evra (3,5) : pas vraiment mis en danger en première période, il aurait pu en profiter pour apporter un peu plus offensivement. Seulement, le défenseur turinois n’a pas eu l’apport offensif escompté. Le reproche qui revient éternellement le concernant.

Samuel Umtiti (4,5) : il y a eu deux matchs pour Samuel Umtiti. Avant et après l’entrée d’Eder. Avant, le Lyonnais s’était montré plutôt solide malgré quelques erreurs d’inattention. Lorsque que le Lillois est entré en jeu, Umtiti a beaucoup plus souffert.

Laurent Koscielny (5) : le patron défensif de l’équipe de France, c’est bien lui. Laurent Koscielny a tenu la baraque durant quasiment toute la rencontre, montrant beaucoup de volonté et d’engagement physique. Seulement, le Gunner a également beaucoup souffert avec l’entrée d’Eder.

Bacary Sagna (4,5) : un peu plus sollicité qu’Evra sur son côté, il a plutôt réussi son travail défensif. Mais offensivement, malgré quelques centres, l’apport du défenseur de Manchester City n’a pas été suffisant.

Moussa Sissoko (6,5) : voir plus haut

Paul Pogba (4,5) : Paul Pogba n’a pas réussi à retrouver le rayonnement qu’il a connu lors des matchs face à l’Islande et l’Allemagne. Pourtant, le Turinois a touché beaucoup de ballons, mais son influence dans le jeu a été très limitée. Et notamment en première période, il s’est beaucoup compliqué la vie.

Blaise Matuidi (5,5) : ses tentatives offensives n’ont pas toujours connu de réussite, mais le milieu du PSG a fait preuve d’une incroyable activité tout au long de la rencontre. Malheureusement, il n’a pas été récompensé.

Dimitri Payet (3) : voir plus haut.

Antoine Griezmann (4) : si Dimitri Payet n’avait pas totalement loupé son match, il serait peut-être le flop de la rencontre. Attendu au tournant pour cette finale, l’attaquant de l’Atlético Madrid est souvent apparu emprunté. En grand attaquant qu’il est, il a quand même réussi à se créer des opportunités. Mais il n’a pas réussi à convertir, sa tête frôlant la barre en fin de temps réglementaire laissera de gros regrets.

Olivier Giroud (4) : l’attaquant des Gunners a beaucoup plus souffert lors de ce match que contre l’Islande ou l’Allemagne, où il s’était montré dominateur dans les airs. La charnière Fonte – Pepe l’a mis en difficulté, et il ne s’est créé que trop peu d’occasion. Remplacé par Gignac qui regrettera longtemps sa frappe sur le poteau en toute fin de temps réglementaire.

Côté portugais

Indiscutablement, l’homme du match s’appelle Rui Patricio. Le gardien du Sporting Lisbonne a réussi le match parfait, dégoûtant les attaquants français avec la petite part de réussite en prime. Il faut dire qu’il a été bien aidé par la charnière Pepe – Fonte, impériale. Les latéraux Guerreiro et Cédric ont également fait un gros travail. A noter le match décevant de Renato Sanches alors que l’entrée d’Eder a été remarquable avant même d’être décisive. Quant à Cristiano Ronaldo, sorti rapidement, il s’est mué en coach adjoint, voire plus en prolongations. Avec un impact évident…

Julien Pédebos