FC Nantes : acculé, Waldemar Kita a perdu un premier bras de fer
Waldemar KitaCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Crouzet
ACCORD DE CIRCONSTANCE

FC Nantes : acculé, Waldemar Kita a perdu un premier bras de fer

Propriétaire de la Beaujoire et de la Jonelière, la Métropole de Nantes vient de prolonger de deux années son contrat avec le FC Nantes pour l’utilisation de ses infrastructures. Waldemar Kita qui souhaite toujours déménager son club, s’en sort au final avec un loyer qui va presque tripler.

Zapping But! Football Club FC Nantes : top 10 des Canaris les plus utilisés

Malgré l’échec il y a deux ans de son projet Yellow Park, Walder Kita entend toujours trouver un terrain pour la construction d’un nouveau stade mais également d’un nouveau centre d’entrainement pour le FC Nantes. Faute d’avoir trouvé, le club va poursuivre ses locations de la Beaujoire et de la Jonelière à la Métropole de Nantes. En ces temps de crise financière, cette dernière a jugé que le loyer demandé aux canaris n’étaient pas assez important et a revu son contrat à la hausse pour les deux prochains années. 

« Il fallait qu’on revienne dans la fourchette des autres stades de Ligue 1 »

Ali Rebouh, élu en charge du sport à la ville de Nantes a confié dans un entretien accordé à Presse Océan le besoin pour la ville de revenir à un tarif plus en rapport avec le train de vie actuel du FCN. « La redevance était de 160 000 € par an. Donc nous nous sommes rencontrés, avons discuté et avons trouvé un accord, puisque la première proposition du FC Nantes nous semblait insuffisante, il fallait qu’on revienne dans la fourchette des autres stades de Ligue 1 ». 

Conséquence, cette redevance va fortement augmenter avec une partie fixe à 250 000 annuels, sans compter une part variable liée au chiffre d’affaire à venir de la billetterie, pouvant là aussi atteindre les 200 000€, voir plus, a affirmé l’élu.

Un loyer qui va couter cher ! 

Désireux depuis deux ans d'un nouveau stade et d'un nouveau centre d'entrainement, le président du FC Nantes, Waldemar Kita doit au final faire face à une forte augmentation du loyer de ces infrastructures appartenant à la Métropole de Nantes.