FC Nantes : comment les Canaris se sont offert une bouffée d'air frais
Credit Photo - Icon SPORT
par La rédaction
Analyse

FC Nantes : comment les Canaris se sont offert une bouffée d'air frais

Plutôt séduisants face à Brest, notamment en première période, les joueurs du FC Nantes ont signé leur second succès de la saison. Il était grand temps !

Il aura fallu attendre le premier match post mercato pour voir le FC Nantes s'offrir un petit festival offensif inédit cette saison, lui qui, avant d'accueillir Brest ce dimanche, affichait alors la deuxième attaque la moins prolifique de la L1 (6 buts inscrits). L'arrivée de Jean-Kevin Augustin à la Jonelière a-t-elle inspiré ceux qui, jusqu'à présent, s'étaient montrés relativement discrets face aux cages adverses ?

En tout cas, lorsqu'une recrue aussi prometteuse débarque dans un vestiaire, il est évident que les attaquants déjà en place ont tout intérêt à briller pour conserver leur place... C'est précisément ce qu'ont fait Randal Kolo-Muani, Ludovic Blas, Moses Simon et Kader Bamba aussi bien dans l'animation que la finition, même si les Brestois, particulièrement naïfs derrière, leur ont bien facilité la tâche. Mention spéciale au premier nommé qui a inauguré son compteur face aux Finistériens, lui qui avait vu deux réalisations refusées pour des hors-jeu peu évidents à Monaco et face à l'AS St-Etienne... Au final, 3 buts marqués (contre un seul encaissé sur coup-franc), une barre transversale et un poteau en prime, le FCN a sans doute produit son match le plus abouti. C'était en tout cas l'avis général, mais Christian Gourcuff est venu doucher les enthousiasmes.

"On a su mettre en grosse difficulté la défense brestoise mais sur la maîtrise globale de la rencontre, c'était insuffisant, on doit faire beaucoup mieux mais cela s'explique par la fébrilité avec laquelle on a abordé le match, compte tenu de l'enjeu". L'enjeu était inquiétant, il est vrai : une seule victoire en 6 matchs, cinq petits points dans le panier sur 15 possibles... Autant dire que l'urgence commençait à frapper aux portes du club où, on le sait, la patience n'est pas la vertu première. "Je n'étais pas fébrile, a toutefois évacué Gourcuff. Et l'important, c'est que les joueurs ne le soient pas". Mehdi Abeid, lui, semble ne jamais l'avoir été. "Je n'ai pas trouvé qu'il y avait un contexte particulier, on arrive à être assez serein malgré les résultats difficiles", a lancé l'Algérien qui, étant en sélection durant la trêve internationale, n'a peut-être pas perçu la même chose que son entraîneur, lequel a rencontré son président durant la coupure...

Toujours est-il que ce dimanche, les Jaune et Vert se sont offerts une bouffée d'air essentielle avant d'aller à Lens puis d'accueillir le PSG, deux adversaires qui, aujourd'hui, ne bataillent pas dans le même secteur du classement. "Ces trois points font du bien", a reconnu Gourcuff qui, face aux Brestois, a préféré se passer de Jean-Kevin Augustin (qui « doit parfaire son physique ») mais a lancé Sébastien Corchia en titulaire. "Je sais que je peux faire mieux mais j'ai de bonnes sensations", s'est félicité le milieu de terrain. Démarrer par une victoire aussi nette, forcément, ça aide !

A Nantes, Charles Guyard