FC Nantes : Domenech douche l'enthousiasme sur la solution Canal Plus sur les droits télé
Raymond DomenechCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
CONF' DE PRESSE

FC Nantes : Domenech douche l'enthousiasme sur la solution Canal Plus sur les droits télé

Alors que le soulagement est de mise suite à la reprise des droits de la Ligue 1 par Canal Plus, le coach du FC Nantes Raymond Domenech s'est montré plus mesuré.

Zapping But! Football Club FC Nantes : le bilan des entraîneurs sous l'ère Waldemar Kita

Depuis hier, c'est un sentiment de soulagement global qui émane du côté de la Ligue 1. Canal Plus a acquis les droits du championnat jusqu'à la fin de la saison et si l'accord global (autour des 670 millions d'euros) est loin du fameux milliard de Mediapro, cela a au moins le mérite de sauver les meubles.

Mais certains restent plus mesurés sur le sujet, et Raymond Domenech fait partie de ceux-là. Le coach du FC Nantes, devant la presse, s'est montré assez peu enthousiaste sur cette nouvelle. « On ne va pas dire que c'est une nouvelle exceptionnelle car le football français perd une grosse partie de ses droits TV. Cela permet de garder une diffusion et de rester visible mais ce n'est pas une solution qui sauve les clubs. Les clubs en difficulté ne vont pas être sauvés par cette décision. Ce que les clubs vont toucher, cela permettra de finir la saison. Pour beaucoup de clubs cela permet de finir, la suite cela sera plus compliqué si rien ne se passe ».

Domenech veut de la patience pour une réforme

Désormais, et alors que Maxime Saada notamment réclame une réforme de la Ligue 1, le coach du FC Nantes espère que rien ne se fera dans la précipitation. « Prenons le temps de poser les vrais problèmes avant de couper la tête à beaucoup de clubs avec une réforme de la Ligue 1. Pour les droits TV on est passé de l'euphorie à la catastrophe. Mais c'est l'association des facteurs qui a crée cette situation. Sans le Covid et avec des spectateurs, le problème n'aurait pas été posé de la même manière. Personne ne pouvait régler ce problème. C'est la base de tout le reste. Ensuite c'est la loi du commerce et quand on n'est pas dans une situation de force on subit. »