Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
APPEL

FC Nantes – Juventus : un infime espoir de garder la tribune Loire ouverte

Si d'ordinaire, les appels à la clémence à l'UEFA n'ont aucune chance d'aboutir, le FC Nantes a un bon argument pour « sauver » sa tribune Loire face à la Juventus Turin.

Zapping But! Football Club FC Nantes - INFO BUT! un international nigérian dans le viseur

Sanctionné de la fermeture de sa Tribune Loire pour le match de l'année opposant le FC Nantes à la Juventus Turin à la Beaujoire, le club ligérien a fait appel de la décision de la Commission de discipline de l'UEFA.

Si, d'ordinaire, il n'y a qu'assez peu de chances que ce type de démarche de conciliation n'aboutisse à un retrait ou une suspension de la sanction, le FC Nantes peut quand même caresser un mince espoir de pouvoir ouvrir sa tribune la plus chaude le 23 février prochain.

Une question de timing qui peut sauver Nantes

En effet, si la décision de l'UEFA fait suite à la révocation d'un sursis né d'un premier craquage massif intervenu lors de Nantes – Fribourg, le festival pyrotechnique du match face à Qarabag est intervenu avant que la première sanction ne soit notifiée. Les Ultras n'étaient donc pas conscient du risque de suspension encouru lors de la démonstration de force face aux Azerbaïdjanais.

Du fait de la promiscuité des rencontres avec le calendrier condensé de la Coupe du Monde, la Commission de discipline de l'UEFA n'avait pas eu le temps de se réunir entre les deux matchs. C'est donc en décalage que les sanctions se sont empilées. Le FCN va tenter de jouer là-dessus pour obtenir que son huis-clos partiel soit reporté au match suivant de Coupe d'Europe.

Une question de timing

Si d'ordinaire, les appels à la clémence à l'UEFA n'ont aucune chance d'aboutir, le FC Nantes a un bon argument pour « sauver » sa tribune Loire face à la Juventus Turin. Le stade de la Beaujoire n'était pas en sursis avant Qarabag mais après...

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.