FC Nantes : Kita a ciblé les responsables de ses échecs depuis 14 ans
Waldemar KitaCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
HALLUCINANT

FC Nantes : Kita a ciblé les responsables de ses échecs depuis 14 ans

Le président du FC Nantes, Waldemar Kita, a accordé une interview à L'Equipe dans laquelle il se décharge de la responsabilité des échecs de la saison écoulée mais aussi des treize autres qui l'ont précédée.

Zapping But! Football Club FC Nantes : Top 10 des salaires de la saison 2020 / 2021

L'interview de Waldemar Kita que publie L'Equipe aujourd'hui regorge d'explications hallucinantes, qui ne manqueront pas de rendre dingues les supporters du FC Nantes. Parmi nos préférées, en voici deux, qui expliquent pourquoi l'homme d'affaires n'a toujours pas remporté de titre avec les Canaris. C'est tout simplement la faute du Qatar, qui rafle le tout avec son dopage financier au PSG, mais aussi des supporters, qui mettent une sale ambiance, comme avec les insultes à l'égard d'Imran Louza…

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

"Je suis déjà content d’être resté en L1"

« Quatorze années de présidence sans titre ? Beaucoup de clubs peuvent dire la même chose depuis que QSI a repris Paris (2011). Mais vous ne dites pas que Nantes aurait pu descendre en promotion d’honneur ? Je suis déjà content d’être resté en L1. »

« Louza, on lui avait promis l’année dernière qu’il pourrait partir. Je rappelle qu’il s’est fait traiter de sale Arabe. Le garçon était touché, sa famille était touchée. Il voulait partir. C’est un exemple de ce qu’il se passe. Il est de Nantes, a été formé au club, se faire insulter comme ça, c’est un scandale. » Pour appuyer sa théorie sur la mauvaise influence des supporters, l'homme d'affaires rappelle que son équipe a obtenu de meilleurs résultats à l'extérieur cette saison… alors que les stades étaient vides.

Pour résumer

Pour le président du FC Nantes, Waldemar Kita, il y a plusieurs facteurs qui expliquent ses échecs depuis 14 ans à la tête des Canaris.

Raphaël Nouet
Article écrit par Raphaël Nouet