FC Nantes : Kita Circus, Domenech, l'avenir... La sortie sans filtre d'un ex-Canari
Serge Le DizetCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
VERITES

FC Nantes : Kita Circus, Domenech, l'avenir... La sortie sans filtre d'un ex-Canari

Aujourd'hui adjoint de Stéphane Moulin au SCO Angers, Serge Le Dizet est très triste face à la situation du FC Nantes.

Zapping But! Football Club FC Nantes : la rétrospective de l'année 2020 des Canaris

Ancien joueur du FC Nantes aujourd'hui entraîneur adjoint du SCO Angers, Serge Le Dizet a accepté de parler de la situation délicate de son ancien club sur le site de L'Equipe. La campagne des supporters contre le « Kita Circus » ? Elle lui fait mal : « C'est dur pour tous les gens qui ont été Nantais, qui ont du respect pour ce club, de voir tout ce qui peut se dire. Ce n'est pas pour dédouaner ou excuser les joueurs, mais ce n'est pas facile de se retrouver là-dedans. Et en plus, quand tu arrives à la Jonelière, sur la route, tu vois « élevage de chèvres », « cirque, ce soir, à la Beaujoire »,... Cela peut faire rire, mais en même temps, c'est quelque chose d'un peu pathétique ».

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

« On est sans arrêt à élaborer des plans d'urgence »

Habitué à travailler sur sa stabilité avec Stéphane Moulin, Serge Le Dizet a été choqué par la gestion de l'épisode Raymond Domenech, remercié après seulement sept match : « On peut se tromper, parfois. Mais là, c'était presque couru d'avance. Quand on prend quelqu'un, on doit quand même lui donner un minimum de temps. Je lis : « On a tenté un pari. » Mais est-ce que le management d'un club de Ligue 1 consiste à tenter des paris ? On peut, une fois, mais on a l'impression que c'est à chaque fois. On est sans arrêt à élaborer des plans d'urgence. Ça peut arriver à tous les clubs, mais quand on est en perpétuelle urgence, ce n'est pas bon ».

Pour autant, l'ancien défenseur ne rejette pas seulement la faute sur Waldemar Kita : « Je suis parti en 2006, il y a quinze ans. Et déjà, deux ou trois ans avant mon départ, il y avait une perte d'identité, car tout n'est pas à mettre sur le dos des Kita, il y a eu aussi l'épisode Dassault qui a été compliqué pour le club. Aujourd'hui, c'est encore le FC Nantes mais ce n'est plus le FC Nantes comme on a pu le connaître, le concevoir. C'est dur à admettre, mais en même temps, c'est une réalité ».

« Je me demande comment cela va se finir avec les Kita »

Quant à savoir s'il peut reprendre les rênes de l'équipe avec Stéphane Moulin, la réponse fuse : « Il faut qu'il y ait de la continuité, une réflexion, un projet, et déjà, une idée sur un profil d'entraîneur. On en revient à ce que je disais : ce qui est choquant à Nantes, c'est qu'on passe vraiment d'un extrême à l'autre dans les personnalités, les profils, et qu'à un moment, les joueurs ont des difficultés à s'y retrouver. Je me demande comment cela va se finir avec les Kita... C'est vrai que c'est leur argent, qu'ils font ce qu'ils veulent. Mais, en même temps, peut-on faire tout ce qu'on veut quand on est le président d'un club de foot comme Nantes ? Ce club fait partie du patrimoine. Moi, je suis triste pour Nantes. C'est un peu pathétique par moments. »