FC Nantes : Kita se prend un nouveau tacle à cause de Kombouaré
Waldemar KitaCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
PERTE D'IDENTITÉ

FC Nantes : Kita se prend un nouveau tacle à cause de Kombouaré

Champion de France 2001 avec le FC Nantes, Sébastien Macé constate que le club a perdu son identité et les propos d'Antoine Kombouaré lors de sa présentation ont confirmé cette impression.

Zapping But! Football Club FC Nantes : les 10 plus grosses ventes des Canaris

Waldemar Kita commence à y être habitué depuis son arrivée au FC Nantes en 2007 mais pas sûr qu'il puisse passer outre : les anciens Canaris n'ont de cesse de critiquer sa gestion ayant entraîné une perte d'identité du club. En cette année du vingtième anniversaire du titre de champion de France 2001, dernier trophée du FCN, Ouest-France interroge chaque semaine un joueur présent cette saison-là dans l'effectif. A chaque fois, les comparaisons entre le FC Nantes d'hier et d'aujourd'hui vaut à Kita de sérieuses critiques.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

"C’était une vraie famille"

Cette semaine, c'est l'ancien milieu Sébastien Macé, qui n'avait disputé que deux matches en 2000-01, qui y va de son tacle à Kita après avoir retenu une phrase d'Antoine Kombouaré lors de sa présentation : "Sincèrement, on a connu le « vrai FC Nantes ». J’ai écouté la conférence de presse de présentation d’Antoine Kombouaré et l’entendre parler de monsieur et madame Bouloux, ça m’a fait un truc. Ce sont des gens qu’on a connus dès notre arrivée. Ils avaient leur petite maison à droite, à l’entrée de la Jonelière. C’était les intendants du club, ils fournissaient les chaussures et les dotations de vêtements. Ils nous amenaient à la Colinière aussi. Le FC Nantes, c’est ça. Ça appartient à des gens comme eux, ou à des Amisse, Denoueix, Suaudeau, Loko, Ouédec, Karembeu, Kombouaré… Des gens qui ont connu le club".

"Aujourd’hui, ce n’est plus le Nantes que l’on a connu. Évidemment, il faut que les choses évoluent, bien sûr qu’il y a plus d’argent qu’avant et que les clubs se structurent, mais on ne peut pas perdre l’entité FC Nantes comme ça. Ce n’est pas possible. C’est certain que des Suaudeau, des Denoueix, ça me gêne pour eux… Des gens aussi investis dans la culture FC Nantes, c’est ce qui fait un peu mal au cœur aujourd’hui. Comme de voir aussi peu de jeunes joueurs qui jouent dans cette équipe, alors que c’était la marque de fabrique avant. On ne se reconnaît plus trop dans ce qu’il se passe aujourd’hui et la proximité qu’il y avait, j’ai l’impression qu’on l’a perdue. Il y a la partie technique mais aussi administrative. Quand Kombouaré cite les prénoms de Chantal, Colette (les secrétaires) ou monsieur et madame Bouloux… Ça, c’est fort. Ça m’a fait vraiment drôle. Je me souviens d’eux, car se sont des noms qui nous marquent. C’était une vraie famille."