FC Nantes : Kolo Muani a comblé un défaut rédhibitoire pour Gourcuff
Randal Kolo Muani a brillé avec les EspoirsCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
PROGRESSION

FC Nantes : Kolo Muani a comblé un défaut rédhibitoire pour Gourcuff

Buteur avec l’équipe de France Espoirs lundi contre la Suisse (3-1), Randal Kolo Muani (FC Nantes, 21 ans) explique sa métamorphose cette saison.

L’équipe de France Espoirs verra l’Euro 2021. Dès jeudi, les coéquipiers d’Alban Lafont avaient validé leur ticket pour la phase finale de la compétition en écrasant le Lichtenstein sur ses terres (5-0). Lundi, les Bleuets ont mis un point final en dominant la Suisse grâce notamment à un dernier but de Randal Kolo Muani inscrit au bout du temps additionnel suite à un travail remarquable de Mattéo Guendouzi (3-1).

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

« J’avais beaucoup de défauts, dont la nonchalance »

Avant le coup d’envoi de cette rencontre, l’attaquant du FC Nantes (21 ans) avait dit tout son bonheur de faire partie de cette équipe. Et expliqué comment Christian Gourcuff l’avait fait progresser chez les Canaris. « Le coach aime bien mon style. Il me demande de prendre la profondeur, de venir aussi un peu dézoner quand l’équipe en a besoin, a-t-il affirmé sur RMC Sport. Après, je dois apprendre à demander un peu plus le ballon dans les pieds, et surtout être plus tueur devant le but. Pour un attaquant, c’est très important. Mais je travaille sur ça à l’entrainement, et je suis sûr que ça viendra très rapidement. »

Avant d’être prêté à Boulogne la saison dernière, Kolo Muani avait joué six fois en L1 en 2018-2019 mais n’avait pas montré suffisamment de qualité pour perdurer parmi l’élite. L’attaquant du FC Nantes sait exactement pourquoi. « J’avais beaucoup de défauts, dont la nonchalance. J’étais comme ça, on me l’a souvent reproché. Et les gens qui me l’ont reproché, ce sont des gens très proches de moi, a-t-il poursuivi. Après avoir joué en L1, je suis redescendu en CFA et il y a des efforts que je ne faisais pas. La décision n’a pas été facile, mais il fallait partir de ce cocon nantais pour progresser. Ça m’a fait mal de partir mais je me suis toujours dit que j’allais revenir plus fort. »