Antoine Kombouaré
Antoine KombouaréCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
INTERVIEW

FC Nantes : la belle déclaration de Kombouaré aux Canaris et au jeu à la nantaise

Dans une interview accordée au site officiel du FC Nantes, l'actuel entraîneur des Canaris, Antoine Kombouaré, est revenu sur son arrivée sur les bords de l'Erdre dans les années 80, en provenance de Nouvelle-Calédonie. Il a rendu un bel hommage au FCN.

Zapping But! Football Club FC Nantes : top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire en Ligue 1

C'est une longue et belle interview qu'Antoine Kombouaré a accordé au site officiel du FC Nantes. Il y est question de sa vie en Nouvelle-Calédonie dans sa jeunesse, de ses premiers pas de footballeurs, de son arrivée en métropole et de ses débuts avec les Canaris dans les années 80. Comme toujours très respectueux, le Kanak a dit combien il était reconnaissant envers la Maison Jaune pour lui avoir donné sa chance chez les professionnels. Et combien le fameux jeu à la nantaise de l'époque était marquant…

"Je dresse un bilan très positif de mon éclosion à Nantes. Je ne remercierai jamais assez le FC Nantes, avec une reconnaissance à vie envers ce club, envers les gens qui m'ont fait confiance. Je suis très attaché au club, à cette région. J'ai passé sept années exceptionnelles. Le FC Nantes m'a permis d'apprendre mon métier de joueur professionnel. Le jeu à la nantaise ? Quand on est dedans, on ne le ressent pas. Ce sont les personnes de l'extérieur qui nous le font savoir. On avait la sensation qu'on jouait un très beau football, qu'on était fort et qu'on avait les armes pour jouer le titre. À cette époque-là, le FC Nantes était un très grand club français et sur la scène européenne, faisait déjà parler de lui."

Kombouaré reconnaissant à vie envers le FC Nantes

L'entraîneur du FC Nantes, Antoine Kombouaré, est revenu sur ses premiers pas chez les Canaris en tant que joueur, dans les années 80, alors qu'il arrivait tout juste de Nouvelle-Calédonie. Il avoue être reconnaissant à vie envers la Maison Jaune.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet