FC Nantes : la Covid-19 a bouleversé les plans de Christian Gourcuff
Christian GourcuffCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
BEAU GESTE

FC Nantes : la Covid-19 a bouleversé les plans de Christian Gourcuff

La Covid-19 a complètement transformé Christian Gourcuff. Convaincu par l'humanisme qui ressort de cette crise, le Breton a modifié ses placements bancaires afin de faire une bonne action pour la société.

Dans les colonnes de Ouest-France, Christian Gourcuff s'est longuement exprimé sur cette année 2020 si spéciale marquée par la crise sanitaire de la Covid-19 et les changements que les différents confinements ont eu sur ce mode de vie. S'estimant « privilégié » et refusant de se plaindre de sa situation, le Breton l'assure : « Le foot ne (lui avait) pas manqué » lors du premier confinement.

« Dans notre sport, nous subissons des désagréments, à cause de la crise et des confinements. Comme les stades vides. Mais nous avons la chance de bien gagner notre vie en jouant au foot ! Nous n’avons pas le droit de nous plaindre. Car autour de nous, des gens vivent des situations bien pires, tombent dans la précarité, perdent leur boulot, redoutent l’avenir, perdent des proches », a-t-il relativisé.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

Il a investi dans une ferme agricole bio

Le Covid-19 a aussi changé sa vision des choses et l'utilisation de son argent : « J’ai eu du temps pour me forger plus de convictions encore sur la mondialisation par exemple, cette recherche du profit toujours, et ce capitalisme qui broie. On a découvert là que l’essentiel n’était pas là. L’essentiel, c’est la santé, le lien social, la solidarité, se nourrir, la proximité. Grâce à cette crise, l’humanisme est ressorti (…) Pendant le premier confinement, je me suis demandé à quoi servaient mes placements. Je ne comprends pas cette société dont le but est de faire de l’argent pour l’argent. Pour moi, un placement doit être solidaire, avoir une utilité sociale. Cette crise actuelle m’a décidé à investir dans une ferme agricole bio, qui fait travailler des personnes en insertion. J’espère vraiment que les événements de cette année mettront d’autres valeurs au cœur de notre société. Mais je crains que la crise sociale dure et accentue la violence ».