Waldemar Kita
Waldemar KitaCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
VERITES

FC Nantes : la finale, sa pique à la mairie, son avenir, Kombouaré... Waldemar Kita sort du silence !

S'il a pris un vrai recul médiatique cette saison, Waldemar Kita est quand même revenu sur la qualification du FC Nantes pour la finale de la Coupe de France. L'occasion pour l'homme d'affaires franco-polonais de faire une annonce forte sur son avenir. Morceaux choisis.

Zapping But! Football Club FC Nantes : le palmarès complet des Canaris

Sur son sentiment à chaud

« Il y a de la fierté. On est content aussi quand on a une occasion d’aller au Stade de France. Maintenant, ce qui est très important, c’est de remercier les joueurs qui étaient critiqués l’année dernière, ce sont les mêmes. Aujourd’hui, leur famille, le club et toute la ville du FC Nantes (sic) peut être heureuse (…) Personnellement, je ne vois pas la revanche, je vois que le travail paie. J’ai vu des présidents, durant des années qui essayaient de gagner quelque chose. Certains ont gagné après 15 ou 16 ans d’exercice, donc, je suis dans la moyenne ».

Sa petite pique à la Mairie

« On essaie de construire le club, on n’a pas toujours… On ne nous donne pas des moyens financiers, on ne nous aide pas beaucoup à ce sujet-là. Dommage car le club a besoin de se développer. Le football va encore changer dans les mois à venir. Et on ne suit pas l’évolution d’une industrie footballistique, j’appelle ça comme ça. Parce que c’est une société qui évolue très, très vite. Et lorsqu’on a besoin des moyens, il faut se les donner sinon on va disparaître. D’une certaine façon, on a loupé le stade, on n’essaie pas de nous donner les moyens pour faire un bon centre de formation. Notre classification n’est pas du tout la même qu’il y a deux ans. Et ça va continuer. On a monté une équipe de foot féminin, il y a beaucoup de licenciées. Les filles risquent de monter en première division, elles sont aujourd’hui en quart de finale de Coupe de France. On essaie de faire du bon travail. Tous les éducateurs aussi. Mais il faut avoir l’instrument pour pouvoir bien travailler. Donc, quand vous venez dans un bureau, ou une unité de production, vous avez besoin que les gens viennent et aient tous les moyens pour réussir. Moi, j’essaie de donner ces moyens, c’est mon rôle aujourd’hui. Et parfois, on ne me les donne pas ».

Sur son avenir au FC Nantes

« Écoutez, je reprends plaisir… J’ai toujours eu du plaisir à regarder le football. Après, quand vous perdez les matches, ça, vous ne maîtrisez pas tout car c’est comme ça. C’est ça le problème dans le football, on ne maîtrise pas tout. Vous pouvez dire beaucoup de choses mais vos paroles ne comptent pas au niveau du sportif. Oui, je vois l’organisation d’un club de façon différente mais, maintenant, je ne suis pas parti. Je suis toujours là. Je sais qu’il y a longtemps que vous (les médias, ndlr) souhaitez que je parte. J’espère qu’on va ramener quelque chose de Paris, après, on verra… »

Antoine Kombouaré coach idéal du FC Nantes ?

« Il n’y a pas un journaliste idéal, pas un chef d’entreprise idéal, pas un ingénieur idéal, donc, il n’y a pas d’entraîneur idéal (sourire)… Il faut se trouver au moment voulu, avec l’équipe voulue. Et on tombe dans un système qui marche. Eh bien tant mieux ! Je suis très content, je suis très content pour Antoine (Kombouaré). N’oubliez pas quand même que c’est moi qui l’aie amené, il n’avait pas de travail. Donc, je suis fier de lui donner du travail et qu’il ait des bons résultats. Il n’y a pas de personne parfaite. On a tous des défauts, moi, le premier…. »

Waldemar Kita se lâche après Nantes - Monaco

S'il a pris un vrai recul médiatique cette saison, Waldemar Kita est quand même revenu sur la qualification du FC Nantes pour la finale de la Coupe de France. L'occasion pour l'homme d'affaires franco-polonais de faire une annonce forte sur son avenir. Morceaux choisis.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.