FC Nantes : le vestiaire de Kombouaré déconnecté de la réalité des salariés ?
Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
TEMOIGNAGE FORT

FC Nantes : le vestiaire de Kombouaré déconnecté de la réalité des salariés ?

Le maintien du FC Nantes en 2021 ne susciterait clairement pas le même engoument chez les salariés que lors de l'improbable sauvetage de 2005. Témoignage.

Zapping But! Football Club FC Nantes : Top 10 des salaires de la saison 2020 / 2021

Comme en 2005, le FC Nantes va devoir aller chercher son maintien en Ligue 1 lors de la dernière journée ce dimanche soir à Montpellier. Toutefois, pour les salariés historiques des Canaris, le parallèle s'arrête là entre les deux générations. C'est en tout cas le message de Philippe Laurent, l'une des figures de la Jonelière, en charge du projet de Musée, qui s'est exprimé sur le match du soir dans Ouest-France.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

« Nous, salariés, nous vivons la survie du club »

« Il n’y a aucune comparaison parce que nous étions presque tous une bande de copains. Que ce soit pour le titre en 2001 ou le sauvetage en 2005, on a vécu des émotions ensemble. On était avec et autour des joueurs. Ils sont venus nous voir tout de suite au coup de sifflet final dans la tribune. Avec ce groupe-là, on ne vit pas d’émotion commune. Nous, salariés, nous vivons la survie du club, des emplois de certains », glisse Philippe Laurent.

Il faut dire que le fonctionnement du club présidé par Waldemar Kita ne favorise pas les rapprochements entre l'administratif et le sportif : « On n’a plus le sentiment de travailler pour la même entité. Ça a commencé avant le Covid, mais la pandémie, avec le chômage partiel et le télétravail, a accentué le phénomène. Le premier que j’ai entendu parler de sauver les petits emplois du club, nécessaires et importants, c’est Antoine Kombouaré », déplore l'historique nantais.

Pour résumer

Salarié du FC Nantes, Philippe Laurent a remis la saveur d'un maintien en Ligue 1 à sa juste place.

Alexandre Corboz
Article écrit par Alexandre Corboz