FC Nantes : les supporters peuvent-ils avoir la peau de Waldemar Kita à l'usure ?
La fronde anti-KitaCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
CONFLIT

FC Nantes : les supporters peuvent-ils avoir la peau de Waldemar Kita à l'usure ?

Le sociologue Nicolas Hourcade a été interrogé sur la fronde des supporters du FC Nantes à l'égard de Waldemar Kita. Son avis sur les chances de réussite du projet.

Zapping But! Football Club FC Nantes : la rétrospective de l'année 2020 des Canaris

Ce dimanche, quelques heures avant le match de la peur entre le FC Nantes et le FC Lorient à la Beaujoire, les supporters des Canaris vont une nouvelle fois se réunir pour maintenir la pression et réclamer le départ de Waldemar Kita. Un mouvement qui dure dans le temps et que Nicolas Hourcade, sociologue spécialiste des supporters et membre de l’Institut national du supportérisme (INS), a décrypté pour Ouest-France.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

« Un mouvement responsable et crédible »

« Ce qui fait la spécificité de Nantes, c’est la durée du conflit, qui empoisonne la vie du club depuis 14 ans. Ce n’est pas seulement un conflit entre les ultras et la direction car il mobilise d’autres franges du supportérisme. Autre caractéristique : ce conflit durable a généré un spectre d’actions larges. Les supporters ont eu recours à toutes les techniques d’un mouvement social : des actions en tribune, des manifestations de rue, un travail de lobbying et d’informations auprès des acteurs publics, des banderoles en ville, un show humoristique… Tout cela quasiment sans débordement. On est face à un mouvement qui se veut responsable et crédible, et qui porte un point de vue structuré sur le club », explique ce spécialiste du supportantisme.

Les supporters, le facteur X d'un projet de rachat

Pour lui, la fronde anti-Kita atteint désormais une « audience mondiale », la faute à un désaccord durable et irréversible. Pour autant, y a-t-il une chance réelle que l'action des fans du FC Nantes aboutisse au départ de Kita ? Nicolas Hourcade a son avis sur la question : « Ils peuvent jouer un rôle, oui. À Marseille, ces dernières années, les conflits avec les supporters ont été décisifs dans les changements de présidence. Mais l’OM est un cas vraiment particulier. Ailleurs, des mobilisations de supporters ont pu contribuer à une évolution. Ce qu’on constate, c’est surtout un contrôle de la gouvernance du club par les supporters pour éviter des dérives. Ils sont, d’ailleurs, souvent consultés dans les projets de rachat ».