FC Nantes : Randal Kolo Muani, les raisons de son déclic
Randal Kolo MuaniCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
ECLOSION SOUDAINE

FC Nantes : Randal Kolo Muani, les raisons de son déclic

Transformé en ce début de saison, Randal Kolo Muani (21 ans) est actuellement titulaire au FC Nantes. Il explique sa métamorphose.

Si le FC Nantes connait un début de saison plutôt délicat, Randal Kolo Muani (21 ans) est l'une des rares satisfactions des Canaris. Profitant d'une blessure de Kalifa Coulibaly, de l'absence de renforts en attaque et du manque d'impact de Renaud Emond, le jeune attaquant a pris place en tant que titulaire.

L'ancien Boulonnais, qui s'est déjà vu refuser deux buts (Monaco et Saint-Etienne) cette saison, était en conférence de presse ce jeudi à deux jours d'OGC Nice – FC Nantes. L'occasion de revenir sur ce premier but qu'il chasse : « C'est toujours important pour un attaquant de marquer, même si ça ne me trotte pas dans la tête », assure l'intéressé.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

« Mes progrès, ils viennent surtout d'une prise de conscience »

Et « RKM » savoure son changement de statut : « Je me suis constaté une évolution sur le terrain, je me sens plus en confiance dans les déplacements, la prise de balle. Mes progrès, ils viennent surtout d'une prise de conscience. J'ai souvent été dans le groupe pro, mais on me reprochait une nonchalance. Je l'ai travaillée tout seul, en me battant ».

Désormais, et même si la fin du Mercato puis lui apporter un nouveau rival, Kolo Muani ne se voit plus reculer. Il veut désormais s'imposer comme indiscutable : « Mes objectifs ? Jouer au maximum, garder ma place de titulaire. Je dois être plus serein car des fois je me précipite trop devant le but mais je travaille sur ça à l'entraînement et je progresse ». Des progrès matérialisés par une toute première convocation en équipe de France Espoirs.

Pour résumer

De jeune en devenir prêté à Boulogne-sur-Mer, Randal Kolo Muani est devenu titulaire au FC Nantes. Il raconte son changement de braquet.

Alexandre Corboz
Article écrit par Alexandre Corboz