FC Nantes, RC Lens – Exclu BUT : Et le club français qui a marqué à vie Guillaume Gillet est...
Guillaume GilletCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
CONFIDENCES

FC Nantes, RC Lens – Exclu BUT : Et le club français qui a marqué à vie Guillaume Gillet est...

S'il garde de bons souvenirs de ses passages au FC Nantes et au RC Lens, Guillaume Gillet a été profondément marqué par le SC Bastia.

A Charleroi, Guillaume Gillet continue de faire durer le plaisir. A 36 ans, l'ancien milieu du FC Nantes et du RC Lens est leader du championnat belge avec sa nouvelle équipe, lui qui avait été poussé vers la sortie à Lens après la remontée des Sang et Or en L1. Dans le Nord, le Belge dit s'être s'être « senti comme à la maison ». Il se dit aussi « fier d'avoir porté le maillot nantais ». Et il garde de super souvenirs de sa première expérience en France, du côté de Bastia.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DU FC NANTES

« Je retourne en Corse chaque été »

« Bastia, c'était ma première expérience à l'étranger, confie le Belge. Je suis tombé amoureux de la Corse, avec ma femme et ma famille. On y retourne chaque été, dès qu'on peut. J'ai gardé des attaches là-bas, notamment un couple d'amis qui sont devenus nos témoins de mariage, quand on s'est mariés à Porto-Vecchio. »

Sportivement aussi, Gillet ne garde que de bons souvenirs de Corse. « J'avais ressenti le besoin de quitter la Belgique et à Bastia, je ne pouvais rêver mieux. Ça m'a fait beaucoup de bien. Le public était très chaud mais j'aime ça. Quand on porte le maillot bleu, on appartient à quelque chose de spécial. Il y a une vraie identité, ça apporte un surplus de motivation. En plus, les gens m'ont tout de suite accepté. Je crois qu'ils aimaient mon jeu, ma combativité. »

Il pensait rester à Bastia plus longtemps

Et au Belge d'ajouter : « On a vécu une belle saison, avec une finale de Coupe de la Ligue. Même si on avait perdu contre le PSG, on était fiers d'amener le peuple corse au Stade de France. On avait une belle équipe. J'étais prêté par Anderlecht, je pensais rester. Mais l'option d'achat était de 500 000€ et le Sporting n'avait pas assez d'argent pour m'acheter. »