FC Nantes : Kombouaré, Kita, Bayat, Mercato... Les vérités cinglantes de Vahid Halilhodzic
Vahid HalilhodzicCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
CONSTAT CASH

FC Nantes : Kombouaré, Kita, Bayat, Mercato... Les vérités cinglantes de Vahid Halilhodzic

Vahid Halilhodzic, l'ancien entraîneur du FC Nantes, s'est confié en longueur sur son passage chez les Canaris. Avec des mots forts.

Zapping But! Football Club FC Nantes : le bilan des entraîneurs sous l'ère Waldemar Kita

Très attaché au FC Nantes qu'il a quitté en juillet 2019, Vahid Halilhodzic regrette aujourd'hui le grand « gâchis » autour du club. Dans les colonnes de l'Equipe, le technicien bosniaque est revenu sur différents aspects de son passage. Et notamment les désaccords avec la direction du club sur la marche à suivre.

« Je suis parti car je n'étais pas d'accord avec la politique sportive du club. La tête haute. Quand l'entraîneur n'a aucune influence... Ce n'est quand même pas au club de décider qui va jouer ou qui va partir. Je n'étais pas d'accord. Ce qui ressortait, c'était de l'improvisation et de l'incompétence à tous les niveaux. Tu découvres des situations particulières. Par exemple, un joueur qui est là, avec un bon salaire, qui avait signé cinq ans, mais qui s'entraînait quand il voulait, sans jouer... », explique coach Vahid en faisant référence à l'énigme Queensy Menig.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU FC NANTES

L'influence de Mogi Bayat inacceptable

Par la suite, Halilhodzic a évoqué le Mercato, avec le sentiment qu'un coach ne peut avoir aucune prise sur la manière dont son effectif est façonné. « On avait établi une liste de 55 joueurs, cinq joueurs par poste en fonction des départs et des besoins, en sachant qu'il faut aussi compter sur la formation, qui forme de temps en temps de bons joueurs. Mais on n'a pas pu en engager un, même pas un joueur en fin de contrat. Derrière, il y a un business qui se fait. J'ai compris les choses, comment ça se passe, et je suis parti. »

De manière assez claire, Halilhodzic cible Mogi Bayat, l'agent et directeur sportif officieux des Canaris avec qui il « n'a jamais discuté ». « Que quelqu'un de l'extérieur au club amène des joueurs, ça, je ne pouvais pas l'accepter », lâche Halilhodzic, dépité par la gestion globale du Mercato. « J'avais contacté plusieurs joueurs en fin de contrat, des joueurs mis de côté. Mais un jour, on vous dit : "Oui, oui, on va le faire" ; puis un autre, que c'est cher. Quand, pour un joueur à 90 ou 100 000 bruts, on commence par proposer 25 ou 30 000, c'est sûr, il ne viendra pas ».

Dans ces conditions, coach Vahid prédit une tâche bien compliquée pour Antoine Kombouaré. Même s'il ne lui souhaite que du bien. « Je souhaite à Antoine beaucoup de courage, qu'il fasse du mieux possible pour sauver le club. Parce que sinon, ça peut être une catastrophe sur tous les plans », estime Halilhodzic.