FC Nantes - Mercato : d’autres escrocs que Mogi Bayat débusqués, des mensonges révélés ?
Mogi BayatCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert

FC Nantes - Mercato : d’autres escrocs que Mogi Bayat débusqués, des mensonges révélés ?

L’enquête diffusée mercredi sur la RTBF au sujet des coulisses du football belge a donné du grain à moudre aux supporters du FC Nantes. Ces derniers auraient tort de se fixer sur le seul Mogi Bayat.

Zapping But! Football Club FC Nantes : les 10 plus grosses ventes des Canaris

Les supporters du FC Nantes ont appris à connaître Mogi Bayat. Avec le temps, l’agent trouble a tissé des liens étroits avec Waldemar Kita au point d’être devenu une sorte de conseiller spécial du président des Canaris en termes de transferts. L’intéressé a toujours réussi à botter en touche sur son influence sur le mercato du FCN mais les supporters locaux lui reprochent d’avoir pris la main dans leur club fétiche.

Des révélations explosives sur son mode de fonctionnement et plus globalement celui du football belge ont été lâchées hier soir sur la RTBF en s’appuyant sur une enquête menée par Thierry Luthers et Patrick Remacle. Pour Romain Molina, il serait injuste de se fixer sur le seul Bayat tant la culpabilité ressemble à un vice qui se partage.

« Assez fascinant et facile de résumer les maux du football belge à Mogi Bayat, comme s'il n'y avait que lui en super-méchant, a glissé le journaliste sur Twitter. Ça arrange beaucoup de monde de pointer du doigt Bayat, notamment les personnes ayant des choses à se reprocher et souhaitant récupérer son marché... Ce qui m'ennuie, c'est qu'il y a des énormes mensonges de certains, surtout. Et qu'on lui impute des choses fausses. Je ne vais pas dire que c'est un ange, loin de là, loin de là. Mais là, il y a des mensonges ahurissants sur lui. Ça me fait tiquer. »

 

 

Pour résumer

L’enquête diffusée mercredi sur la RTBF au sujet des coulisses du football belge a donné du grain à moudre aux supporters du FC Nantes. Ces derniers auraient tort de se fixer sur le seul Mogi Bayat, pas le seul coupable.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert