Tribune FCN Activ : les recrues de l’été, mitigé derrière, décevant devant

Trois mois après la reprise du championnat, toutes les recrues nantaises de l’intersaison ont pu être vues à l’œuvre. Bilan provisoire.

Renforcée par l’apport de dernière minute de Lorik Cana en provenance de la Lazio de Rome, la défense des Canaris n’a néanmoins pas réalisé un début de saison digne de son imperméabilité des saisons précédentes. L’influence physique et tactique de l’Albanais au cœur de la défense n’est pas négligeable, mais ce dernier n’a pas encore fait preuve d’une assurance tous risques et a été dépassé à plusieurs reprises comme ses coéquipiers.

Wilfried Moimbé, à la condition physique inquiétante, n’a pas encore pu confirmer qu’il était le titulaire en puissance dans le couloir gauche alors qu’il avait provoqué de l’enthousiasme en préparation. Ermir Lenjani a assuré l’intérim de l’ancien Brestois (et est aussi monté un cran au dessus, comme face au PSG) pour alterner le surprenant (but de la victoire pour sa première, devant Reims, et bonne performance face à Paris notamment) et le regrettable (carton rouge à Bordeaux), alors que Youssouf Sabaly, prêté par le Paris Saint-Germain pour la saison, a offert de belles promesses coté gauche pour sa seule apparition, lors de la réception du Stade Rennais (0-2).

Offensivement, le constat est plus alarmant. Au-delà de l’inattendu Lenjani, aucune recrue n’a fait évoluer ses statistiques en termes de but et de passe décisive. Intéressants en début de saison, Adrien Thomasson et Adryan se sont ensuite faits plus timides lorsque la Ligue 1 a repris ses droits, même si le Français semble reprendre du poil de la bête en réalisant plusieurs coups d’éclats à Lille (il est impliqué sur le but de Jules Iloki) et à Nice (une quasi passe décisive pour Iloki et un but finalement annulé pour cause de report du match).

Pour les « buteurs » Emiliano Sala et Kolbeinn Sigthorsson, on attend toujours qu’ils confirment les raisons de leur arrivée en Loire-Atlantique. Hormis la très bonne prestation de Sigthorsson au stade Pierre Mauroy (0-1), qui sera à confirmer, c’est sans y participer que les deux attaquants voient évoluer le jeu de leur équipe, avec une influence mineure dans le collectif et un poids inexistant dans les seize mètres cinquante. Si l’Islandais va très probablement monter en puissance dans les semaines à venir, Sala reste l’énigme de l’effectif nantais. A quand leur éclosion chez les Canaris ?

Par Jérémie Baron

Retrouvez Activ’ Nantes Supports sur Internet
Likez la page d’Activ’ Nantes Supports sur Facebook
Suivez Activ’ Nantes Supports sur Twitter