Tribune FCN Activ : Une mi-saison anonyme

Lors de leurs deux saisons précédentes, qui suivaient une montée pleine d’euphorie, les Canaris avaient à chaque fois démarré en fanfare pour ensuite rentrer dans le rang et le ventre mou de notre chère Ligue 1. Cette saison, ils ont décidé d’innover. Et d’entrer directement dans une phase sans saveur, dans laquelle les hauts et les bas se succèdent mais ne durent jamais très longtemps, surtout lorsqu’il s’agit de hauts. Une rafale de quatre premiers revers à la fin de l’été, à laquelle a succédé un réveil de trois succès, avant une élimination grotesque en Coupe de la ligue chez un promu de Ligue 2 et trois défaites en quatre matches puis jusqu’à aujourd’hui, un chef d’œuvre de cinq matches nuls consécutifs façon Stade Brestois 2011-2012.

Le FC Nantes, champion du Monde de l’irrégularité ? C’était déjà le cas depuis longtemps, et cela s’accentue dans une Ligue 1 où entre les extrêmes Paris et Troyes, tout le monde se marche sur les pieds. Comme d’habitude, la Maison Jaune se repose sur sa frilosité Der Zakarienne, sa défense « de fer », et au contraire a apparemment laissé tomber l’idée de trouver les filets adverses. La disparition mystérieuse des « avant-centres » Kolbeinn Sigthorsson et Emiliano Sala n’y a pas aidé, tout comme la blessure de Valentin Rongier, qui pour les supporters nantais semble parti pour l’éternité. Cette première moitié de saison aura tout de même permis à Jules Iloki de se faire une vraie place dans l’équipe, lui qui était il y a quelques mois encore perdu pour le football, du moins pensait-on.

Et le pire, c’est que chacun sait que rien ne changera vraiment jusqu’à la fin de la saison 2015-2016. Nantes ne descendra peut-être pas, mais les habitués de Loire, Erdre et Océane devront encore attendre pour voir du spectacle en dehors des tribunes, justement. Avec un peu de chance, Waldemar Kita déboursera quelques billets pour un nouvel élément manquant à l’effectif. Après tout, au milieu du champ de bataille certains ont sorti leur épingle du jeu, à l’image d’un Adrien Thomasson depuis quelques matches. Mais ne rêvons pas trop quand même, c’est prohibé à Louis Fonteneau.

Par Jérémie Baron

Retrouvez Activ’ Nantes Supports sur Internet
Likez la page d’Activ’ Nantes Supports sur Facebook
Suivez Activ’ Nantes Supports sur Twitter