FC Barcelone, Real Madrid, Juventus : l'UEFA a mis d'énormes garde-fous contre la Super League
Alexander Ceferin, le patron de l'UEFA, savoure sa revanche.Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
REVANCHE ECLATANTE

FC Barcelone, Real Madrid, Juventus : l'UEFA a mis d'énormes garde-fous contre la Super League

En plus de punir les mutins de la Super League, l'UEFA s'est assuré que les neuf repentis ne repartiront pas dans un nouveau projet.

Zapping But! Football Club Top 10 : les meilleurs passeurs de Ligue 1 en activité

Désireux d'éteindre la mutinerie du « club des 12 » de créer une Super League, l'UEFA a frappé très fort vendredi. Neuf des douze frondeurs (Liverpool, Manchester City, Manchester United, Chelsea, Tottenham, Arsenal, Atletico Madrid, Milan AC, Inter) ont accepté un accord avec l'instance, concédant une retenue de 5% sur leurs revenus et acceptant de payer une amende de 1,6 M€ par tête aux clubs amateurs.

Une épée de Damoclès à 100 M€ sur la tête des ex frondeurs

Si le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus de Turin continuent de faire de la résistance et s'exposent à une exclusion des Coupes d'Europe pour deux saisons, le plan de reconstituer une Super League avec les mêmes formations paraît aujourd'hui très illusoire. En effet, les neufs clubs revenus dans le giron de l'UEFA et de l'ECA ont signé un autre deal plus confidentiel.

Selon L'Equipe, les six Anglais, les deux Milan et l'Atletico Madrid auraient signé un document attestant qu'ils s'affranchiraient d'une amende de 100 M€ « s'ils cherchaient à participer à une compétition similaire à la Super Ligue » et de 50 M€ « dans le cas où ils enfreindraient tout autre engagement qu'ils ont pris ». Les anciens mutins sont donc pieds et poings liés.

Les frondeurs dénoncent des "pressions inacceptables"

Dans un communiqué publié suite aux décisions prises hier, les trois derniers frondeurs que sont le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus de Turin ont contre-attaqué.

« Les clubs fondateurs ont ont subi et continuent de souffrir de pressions, menaces et infractions inacceptables de tiers pour abandonner le projet et renoncer ainsi à leur droit et à leur devoir de fournir des solutions à l’écosystème du football via des propositions concrètes et un dialogue constructif. Cela est intolérable en vertu de l’État de droit et les tribunaux se sont déjà prononcés en faveur de la proposition de la Super League, ordonnant à la FIFA et à l’UEFA de s’abstenir, directement ou par l’intermédiaire de leurs organes affiliés, de prendre toute mesure susceptible d’entraver cette initiative », peut-on notamment lire dans cette missive en cinq points.

Concernant les neufs clubs qui ont lâché le projet, le message est le suivant : « Nous regrettons de voir que nos amis et partenaires fondateurs du projet de Super League se sont maintenant retrouvés dans une position aussi incohérente et contradictoire en signant hier un certain nombre d’engagements à l’UEFA ».

Pour résumer

L'UEFA a mis noir sur blanc des amendes dissuasives dans le cas où les repentis de la Super League changeaient encore d'avis.