FC Barcelone : le clan Griezmann dit tout haut ce que Messi pense tout bas

true

Pour avoir laissé Antoine Griezmann sur le banc jusquà la 88e minute contre l’Atlético Madrid, le père et le frère du joueur ont chargé Quique Setién.

Il n’aura pas fallu bien longtemps à Quique Setién pour voir le peu de crédit dont il bénéficiait à son arrivée au FC Barcelone s’envoler. Six mois. Dont trois durant lesquels il n’y a eu aucun match. Sans la coupure imposée par la pandémie de coronavirus, sans doute que le technicien fan de Johan Cruyff aurait pris le bouillon bien plus tôt.

Trop tendre pour gérer les ego surdimensionnés des stars catalanes, trop novice au très haut niveau, pas assez pointu tactiquement, Setién n’a pas fait mieux qu’Ernesto Valverde, à qui il a succédé. Bien au contraire. Après le match nul contre l’Atlético Madrid (2-2) hier soir, son équipe pourrait se retrouver à quatre longueurs du Real à cinq journées de l’arrivée, si les Merengue l’emportent demain.

Cette mauvaise sportive a mis les tauliers blaugranas sur les nerfs. Samedi dernier, à Vigo (2-2), Lionel Messi a eu une altercation verbale avec l’adjoint Eder Sarabia. Gerard Piqué et Sergio Busquets n’apprécient pas non plus sa façon très cash de parler et ils lui ont fait savoir après cet incident.

Ce mercredi, c’est au tour d’Antoine Griezmann de mettre les pieds dans le plat, de façon certes très involontaire. Laissé sur le banc jusqu’à la 88e minute face à son ancienne équipe hier soir, le Français n’a rien dit au terme de la partie. Mais sa famille, elle, a fait comprendre qu’il en avait gros sur le cœur.

« J’ai envie de chialer sérieux. Deux minutes… »

« J’ai envie de chialer sérieux. Deux minutes… », a écrit son frère Théo sur Twitter. Son père, Alain, a pour sa part réagi sur Instagram au fait que Setién n’allait pas s’excuser d’avoir laissé le champion du monde sur le banc aussi longtemps : « Pour avoir ce genre de propos, il faut avoir les clés du camion. Ce n’est pas le cas. Vous êtes un simple passager ». Autant de messages qui ont été presqu’immédiatement effacés, histoire d’éviter l’incident diplomatique. Mais leur but a été atteint puisqu’ils ont fait le tour de la planète.

Ainsi, à l’instar de Lionel Messi, Gerard Piqué, Luis Suarez ou Sergio Busquets, Antoine Griezmann ne soutient pas son entraîneur. Car oui, son père et son frère n’auraient pas écrit pareilles choses si le joueur avait été derrière son coach. Les jours de Quique Setién au FCB sont clairement comptés. Et visiblement, pas grand-monde ne regrettera ce qui ressemble à une erreur de casting…