FC Barcelone : Messi va-t-il plomber les chances blaugranas de remporter la Liga ?

true

Hier à Valladolid, Lionel Messi a délivré la passe décisive sur le but d’Arturo Vidal. Mais il est également apparu à bout de souffle après le marathon de matches.

Quand la composition d’équipe du FC Barcelone est tombée hier après-midi pour le déplacement à Valladolid, les supporters catalans se sont dits qu’ils allaient assister à un festival de leur équipe : la pépite Riqui Puig était alignée en meneur de jeu, derrière un duo d’attaquants composé de Lionel Messi et Antoine Griezmann. Ça promettait de la technique, des ouvertures de fou, des une-deux dans des espaces réduits, des dribbles hallucinants. Hélas, rien de tout ça ne s’est produit. Le Barça a eu beau ouvrir le score après un quart d’heure grâce à un but d’Arturo Vidal sur un service de La Pulga, la suite de la rencontre a été très difficile, surtout la seconde période. On a d’ailleurs été plus proche d’une égalisation des locaux que d’un deuxième but barcelonais. La performance de Lionel Messi, d’ailleurs, a soulevé une question concernant sa capacité à encaisser la série de matches tous les trois jours.

A lire aussi : Tous les articles sur le FC Barcelone

Jambes lourdes, dribbles ratés

Le génie de Rosario a désormais 33 ans. Certes, il peut encore disputer toute une saison à un très haut niveau grâce à une hygiène de vie irréprochable. Mais pas à ce rythme. Depuis un mois, les clubs de Liga ont disputé neuf matches chacun. Pour éviter tout risque de blessure, la LFP avait autorisé cinq changements par partie. Quique Setién fait donc beaucoup tourner… à l’exception de Messi. L’Argentin déteste être remplacé et il l’a fait savoir à son coach. Celui-ci avait expliqué en conférence de presse mi-juin que son joueur était suffisamment expérimenté pour savoir se gérer mais la vérité, c’est que ce n’est pas le cas. Messi va continuer de jouer jusqu’à se claquer, quitte à marcher quasiment tout le match. Hier à Valladolid, il est apparu fatigué dès le début de la partie. Sa technique exceptionnelle lui a permis d’être à nouveau décisif, mais il a passé beaucoup de temps à marcher. Quand il a eu la balle, il lui a manqué ce coup de reins caractéristique lui permettant d’éliminer des adversaires. Il reste encore deux matches et la lutte avec le Real Madrid pour le titre ne va pas l’inciter à se reposer.

Peu compatible avec les mêmes profils que lui

Dans l’esprit, le trio Messi-Griezmann-Puig est alléchant. Dans la réalité, il ne pouvait pas marcher. Les trois hommes aiment avoir le ballon dans les pieds. Pour qu’ils puissent donner leur pleine mesure, il leur faut des coéquipiers faisant des appels. Messi aurait besoin de Luis Suarez, d’Ansu Fati ou d’Ousmane Dembélé pour mettre en valeur sa formidable vision du jeu. Mais l’accumulation des matches et les blessures obligent Quique Setién à changer trop souvent son onze de départ. Ce qui ne réussit ni à son meilleur joueur, ni à son équipe. Les choses pourraient être différentes si le sextuple Ballon d’Or acceptait de s’assoir au moins une fois sur le banc. Mais ce n’est pas le cas et ça pourrait coûter cher à son équipe…

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001