Juventus : la désertion de Cristiano Ronaldo ne passe pas à Turin

true

Actuellement au Portugal au chevet de sa mère victime d’un AVC récemment, Cristiano Ronaldo (35 ans) s’est fait tacler par un ancien président de la Juventus Turin.

Cristiano Ronaldo ne doit pas regrette son choix d’avoir quitté l’Italie pour rejoindre le Portugal. Avant le confinement imposé en Italie en raison de la propagation fulgurante du coronavirus, l’attaquant de la Juventus Turin avait embarqué femme et enfants pour être présent au chevet de sa mère. 

A lire aussi : les dernières informations sur l'actualité foot

Victime d’un AVC récemment, la maman de CR7 35 ans) va mieux et peut compter sur le soutien de son rejeton. Tout cela ne plaît guère à Cobolli Gigli. L’ancien président de la Vieille Dame a déploré que la Juve ait autorisé plusieurs de ses joueurs à rentrer au pays (Gonzalo Higuain, Douglas Costa). Pour l’ancien homme fort de la Vieille Dame, l’autorisation accordée à Ronaldo a ouvert la boîte de Pandore.

« Après le départ de Ronaldo, la situation s’est détériorée, a-t-il pesté au micro de Radio Punto Nuovo. C’est facile de critiquer après-coup, mais vu de l’extérieur je ne comprends pas pourquoi ces joueurs ont quitté l’Italie. À leur retour, j’espère le plus tôt possible, ce sera difficile de reprendre car ils auront encore 14 jours de confinement. La situation s’est compliquée avec Ronaldo, qui a été le premier à partir, en prétextant vouloir rester auprès de sa maman, alors qu’aujourd’hui il se montre en train de bronzer au bord d’une méga piscine. À ce stade, après avoir fait la concession à Ronaldo, Higuain a également dû se rendre auprès de sa maman, quelqu’un d’autre a dû aller ici et là et la situation a empiré. Ce n’est pas quelque chose qui aurait dû arriver, ils auraient dû rester en quarantaine à l’hôtel de la Juventus, tout comme les joueurs de l’Inter auraient dû y rester. » En s’affichant tous muscles dehors en ces temps difficiles, CR7 a sans doute fait preuve de maladresse. Il faut aussi qu’il tue le temps, puisque les visites à sa mère sont au compte-gouttes eu égard à sa fragilité du moment et les risques qu’il pourrait lui faire encourir.