Girondins – Angers (2-1) : Gasset a trouvé un soldat qui a éclipsé le grand retour de Ben Arfa
Jean-Louis GassetCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
JOUEUR IMPORTANT

Girondins – Angers (2-1) : Gasset a trouvé un soldat qui a éclipsé le grand retour de Ben Arfa

Jean-Louis Gasset, l'entraîneur des Girondins de Bordeaux, n'a pu qu'apprécier la victoire de ses troupes face à Angers, malgré un scénario compliqué.

Zapping But! Football Club MHSC, ASSE, Bordeaux : les chiffres de la carrière de Jean-Louis Gasset en Ligue 1

Une entame de match parfaite pour mener 2-0 puis une baisse de régime qui a laissé craindre une remontada. Les Girondins sont passés par tous les sentiments, comme l'a résumé Jean-Louis Gasset après le match. « On a fait une entame de match où on méritait de prendre l’avantage. Il aurait fallu, dans ce temps fort où techniquement on était très bons, qu’on fasse une plus grande différence. Car contre une équipe comme Angers qui ne lâche rien, si elle revient dans le match, on devient fébriles, techniquement on est moins juste, on perd des ballons, ils prennent le dessus et on souffre. »

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DES GIRONDINS

Ben Arfa s'est éteint après 20 minutes

Néanmoins, les Girondins ont donc assuré l'essentiel, avec un troisième succès en quatre matchs et 10 points pris en 2021. Grand artisan de la victoire contre Angers, l'attaquant coréen Hwang a marqué de gros points auprès de Jean-Louis Gasset, qui n'a pu que louer son importance sur le terrain. « Je suis content pour Hwang qui a mis deux buts. Quand il passe sur le côté, il ne rechigne pas, il est courageux, il revient se placer, il contre. C'est le joueur idéal pour un entraîneur », assure le coach bordelais.

Une performance qui a même fait oublier le retour de Ben Arfa qui, comme son équipe, a connu une prestation en deux temps. « Quand on joue deux lignes de quatre il est libre d'aller où il veut. Il a été dans le tempo de l'équipe dans les 20 premières minutes avec une note technique. Après si l'équipe ne récupère pas le ballon, Hatem est comme nous, il souffre », a reconnu Gasset.