Girondins : honte, pions, prostitution… les mots forts de Planus pour décrire le FCGB version King Street
Marc PlanusCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
COUP DE GUEULE

Girondins : honte, pions, prostitution… les mots forts de Planus pour décrire le FCGB version King Street

Défenseur central des Girondins de Bordeaux de 2011 à 2015, Marc Planus regrette la tournure prise par le club depuis que King Street est arrivé à la barre. Il n'a pas mâché ses mots.

Zapping But! Football Club Bordeaux : les transferts les plus chers de l'histoire

Après les ultras, c'est au tour des anciens de critiquer férocement la politique de King Street aux Girondins de Bordeaux. Et qui mieux que Marc Planus pour constater à quel point le club s'est dégradé depuis que les Américains sont arrivés à la barre ? Bordelais de naissance, fan du club dans son enfance, l'ancien défenseur central y a fait toute sa carrière, de 2001 à 2015. Alors, quand il dit que le FCGB a perdu son âme, comme hier sur le plateau de Téléfoot, forcément, on le croit…

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DES GIRONDINS DE BORDEAUX

"L'image du club s'est détériorée"

"Ça me correspond en rien. L'image d'un club c'est ce qu'il reste quand on a tout perdu, quand on n'a plus les résultats ni les joueurs. Nous, à Bordeaux, au lieu d'aller chercher la philosophie des joueurs qui sont passés par le club, qui ont envie de s'investir auprès des jeunes pour redonner cette image-là… Il y a des anciens joueurs qui essayent de revenir travailler au club, ils doivent limite se prostituer pour travailler aux Girondins de Bordeaux. C'est une honte pour ça."

"Beaucoup d'anciens joueurs habitent dans la région et veulent s'investir, mais c'est compliqué. Ces gens-là sont suffisants, et je peux le dire, car je l'ai dit en personne au président : "Aujourd'hui, si vous voulez retrouver une âme dans ce club, faites revenir certains anciens". En plus, on a des gens qui veulent le faire. Aujourd'hui, on met des pions sans pouvoir. L'image du club s'est détériorée, car aucun ancien ne la véhicule."