Girondins : Koscielny allume ses coéquipiers, Ben Arfa visé et sous le choc ?
Laurent Koscielny (Girondins de Bordeaux)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
ÉTINCELLES

Girondins : Koscielny allume ses coéquipiers, Ben Arfa visé et sous le choc ?

Présent en conférence de presse à deux jours de la réception du FC Metz (13h), Laurent Koscielny (35 ans) est monté au créneau contre certains de ses coéquipiers aux Girondins de Bordeaux.

Zapping But! Football Club Bordeaux, PSG, OM, OL, ASSE : le top 10 des meilleurs buteurs de Ligue 1 en activité

Il y a bien un malaise Laurent Koscielny aux Girondins de Bordeaux. Quelques jours après sa prise de bec musclée avec Hatem Ben Arfa, le défenseur central (35 ans) en a remis une couche sur l’état d’esprit de certains de ses partenaires dans le vestiaire. Et n’a pas mâché ses mots sans donner de noms.

« L’ambiance est moyenne, voire très moyenne, il faut être réalistes. Après, vous êtes dans un groupe où il y a énormément de joueurs en fin de contrat, des joueurs qui veulent partir. Il faut rester avec ceux qui ont envie de se battre, de donner, de progresser, de partager aussi. C’est une fin de cycle, a expliqué Koscielny dans des propos relayés par Girondins4Ever. Quand tu as autant de joueurs comme ça, qui ne te donnent pas envie de progresser et de travailler, c’est difficile d’avoir des résultats. C’est pour ça que des fois je peux être méchant dans mes paroles. Ce sont des bons mecs, mais c’est comme dans la vie, si tu ne travailles pas, si tu ne te donnes pas les moyens de progresser et avoir des objectifs, tu n’auras rien. Et à un moment, on t’oubliera. Là-dessus, j’ai du mal avec certains joueurs. Ça passe par le travail pour moi. On m’a inculqué des valeurs qui je pense sont très importantes dans la vie et même dans le foot. Certains n’ont pas eu la même éducation. »

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DES GIRONDINS

« Si ça s’est aplani avec Hatem ? J’ai dit ce qu’il fallait dire »

Ben Arfa semble dans son collimateur mais il n’est pas le seul. « Quand j’ai des choses à dire je le dis. Après Marseille, j’ai dit des choses, ça a pu choquer certains. Ça a été des mots forts. Je ne me suis pas excusé, l’excuse est trop facile. Mais ce sont choses qui sont importants dans une équipe, le collectif, a-t-il poursuivi. On sait qu’individuellement, nous n’avons pas les qualités pour faire la différence tout seul sur le terrain. Si au contraire on pense collectif, à aider son partenaire, faire ce qu’il faut pour le mettre dans les meilleures dispositions, là on est capables de faire de bons matches. Si ça s’est aplani avec Hatem ? J’ai dit ce qu’il fallait dire. Si le message n’est pas passé, ou que tu n’as pas envie de l’écouter, c’est comme ça. Je me battrai avec les gens qui ont envie d’aller le plus loin possible avec ce groupe. Il nous reste trois mois, on fera tout ce qu’il faut pour obtenir le maintien le plus rapidement possible. »