Girondins : les supporters responsables du fiasco GACP ?
Supporters des Girondins de BordeauxCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
ATTAQUES EN RÈGLE

Girondins : les supporters responsables du fiasco GACP ?

Ancien propriétaire des Girondins de Bordeaux, Nicolas de Tavernost assure que si M6 s'est désengagé au profit de GACP, c'est parce que les supporters voulaient voir le groupe télévisuel partir.

Zapping But! Football Club Girondins : Top 10 des salaires de la saison 2020 / 2021

Il s'est fait plaisir, Nicolas de Tavernost, dans l'interview accordée à Sud-Ouest aujourd'hui ! Le PDG de M6 a dit à deux reprises que si son groupe s'était désengagé des Girondins de Bordeaux, c'est parce que les supporters réclamaient leur départ, faute d'investissements massifs. Aujourd'hui que King Street refuse de mettre de l'argent dans le club, hormis pour combler les déficits, ils doivent amèrement regretter leurs actions passés, sous-entend le dirigeant.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DES GIRONDINS DE BORDEAUX

"Un peu plus d'amabilité au moment où nous possédions le club…"

"Nous aussi sommes déçus de GACP. On comprend donc la déception des supporters. Mais dans ce cas-là, il ne fallait pas nous demander de partir. Ce n'est pas écrit sur une figure que tel ou tel manager va avoir de la réussite, de la chance, va bien s'entendre avec les collaborateurs. Il y a toujours un pari. La seule chose dont nous nous sommes assurés, car c'était notre responsabilité, c'est qu'il y ait une surface financière pour faire face aux aléas du club. De ce point de vue, la réponse est positive car les actionnaires actuels du club ont jusqu'à présent fait leur travail. Dans une période d'énormes difficultés, King Street a remis de l'argent."

"Ce n'est peut-être pas l'équipe du siècle sur le terrain, mais n'est pas Qatari qui veut. J'ajoute que l'entraîneur est tout à fait satisfait et reconnu parmi ses pairs. Si tel ou tel supporter nous en veut, je dirais qu'un peu plus d'amabilité au moment où nous possédions le club m'aurait permis de soutenir davantage une pérennité. On a été au bout. Quand on reste 19 ans, on ne peut pas nous reprocher d'avoir fait un aller-retour."